Les mondes de Gotlib

Je connaissais très peu Gotlib, à part la fameuse coccinelle qui apparaissait souvent sur les cartes postales de mon adolescence.
La rétrospective que lui consacre le MAHJ m’a permis de découvrir la vie et les oeuvres de cet artiste anticonformiste.

 

Enfant caché pendant la guerre, d’un père assassiné à Buchenwald,
Gotlib, de son vrai nom Marcel Gottlieb, il se fait connaitre avec les Dingodossiers puis la fameuse Rubrique-à-Brac. Il fondera dans les années 70 « L’écho des savanes » puis « Fluide Glacial ».
                                                      
L’exposition, très riche et montée en collaboration avec Gotlib, présente de très nombreux dessins et planches, mais aussi des photos de famille de l’artiste, car sa vie personnelle, notamment la période où il a été caché à la campagne, a fortement impacté son travail. L’humour n’est pas toujours très fin, mais il y a beaucoup de tendresse dans l’oeuvre de Gotlib, et il sait faire mouche quand il s’agit de parler de sexualité et de religion, ou d’égratigner le Français moyen avec le personnage de Super Dupont.
Ses collaborations avec Claire Brétécher ou Goscinny et le travail des journalistes et illustrateurs sont également mis en valeur dans l’exposition.
Il vaut mieux privilégier un horaire calme (c’est-à-dire pas le dimanche vers 15h, comme je l’ai fait…) pour visiter l’exposition car il y a de nombreuses planches de BD à lire, qui méritent qu’on leur consacre de l’espace et du temps. Ceux qui aiment Gotlib seront ravis, pour ceux qui comme moi ne le connaissaient que très peu, c’est une bonne introduction à son monde.
Plus d’infos sur le site du MAHJ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *