Sigmaringen – Pierre Assouline

2 coeurs

Avant la parution du livre de Pierre Assouline, je n’avais jamais entendu parler de Sigmaringen et de son importance pour la France de Vichy dans les derniers mois de la Seconde Guerre Mondiale.

En effet, pendant près d’un an, cette ville devint une véritable enclave française  où était réfugiée la commission gouvernementale pour se protéger de l’avancée des troupes alliées. Le château de Sigmaringen fut réquisitionné à la famille princière de Hohenzollern par le régime nazi pour abriter le Maréchal Pétain, Laval, et les membres du gouvernement. Le drapeau français flottait d’ailleurs sur le château. Près de deux mille Français, miliciens et collaborationnistes ont suivi le gouvernement et se sont installés en ville, notamment l’écrivain Céline.
Pierre Assouline

Dans ce roman très bien documenté, Assouline suit la mode actuelle de raconter une histoire à travers les yeux des domestiques, et a choisi comme narrateur Julius Stein, le majordome de la famille princière, réquisitionné pour servir les nouveaux occupants du château. On retrouve donc dans ce récit Pétain et sa femme, les Laval, de Brinon, les Luchaire, Darnand, Céline, Otto Abetz…certains d’ailleurs évoqués avec une certaine sympathie par le majordome, qui est aux premières loges pour analyser comportements, caractères et petites et grandes mesquineries.

Je ne connaissais pas tous les personnages, notamment les membres du gouvernement vichyste et il m’a été parfois un peu difficile de m’y retrouver, le roman n’incluant pas de liste biographique. Le thème historique du récit est bien sûr exceptionnel, et j’étais très étonnée de n’en avoir jamais entendu parler auparavant. C’est un roman agréable à lire, bourré de faits historiques et d’anecdotes très intéressants. J’ai cependant regretté une certaine artificialité dans le passé mystérieux et la romance avec la gouvernante française du personnage principal de Julius Stein.

Ce livre m’a donné envie d’en savoir plus sur l’épisode de Sigmaringen et sur la France collaborationniste, et a donc rempli son rôle informatif Je ne pense cependant pas qu’il me restera longtemps en mémoire au niveau littéraire, ni pour l’intrigue, ni pour les personnages, même si j’ai apprécié cette lecture.Publié le 9 Janvier 2014 aux Editions Gallimard, 368 pages.

8 commentaires sur “Sigmaringen – Pierre Assouline

  1. Je découvre votre blog (beau titre!) grâce à ce livre… j'ai pour ma part apprécié ma lecture – c'est un roman plutôt virtuose à mon avis, sur un sujet pour le moins original.

    1. merci pour votre commentaire 🙂 je vais aller voir votre billet, pour ma part, c'est plutôt une déception, même si le sujet est en effet très original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *