Désolations – David Vann

3 coeurs

J’avais lu « Sukkwan Island » du même auteur, David Vann, originaire de l’Alaska, et n’avais absolument pas accroché au livre, non pas parce que je le trouvais trop sombre, mais parce que j’étais complètement passée à côté de là où l’auteur voulait m’emmener.

 

Dans « Désolations », on retrouve le thème de l’île isolée, dernier recours pour sauver une vie familiale à bout de souffle, mais contrairement à « Sukkwan Island »où se tenait un huit-clos père-fils, ce roman s’articule autour d’un couple, Gary et Irene, et de ses deux enfants adultes, avec leurs partenaires et amis, qui eux sont restés sur la terre ferme.
Ces personnages multiples m’ont rendu l’accès au récit plus facile, même si David Vann n’a toujours pas foi en la famille, qui pour lui n’est pas un cocon protecteur mais le foyer de tous les dangers.
Résultat de recherche d'images pour "david vann"
David Vann

Gary veut réaliser son rêve: vivre dans une cabane qu’il bâtira lui-même, sur l’île isolée de Caribou Island. Sa femme Irene, sujette à des migraines aussi insupportables qu’inexpliquées, le suit à contre-coeur dans ce projet qui cristallise la faillite de leur couple, et sa frustration d’avoir dû vivre trente ans en Alaska pour faire plaisir à son mari qui était doctorant en Californie quand elle l’a connu. Pendant ce temps, Rhoda, leur fille, ne rêve que de se faire épouser par Jim, son dentiste de compagnon.

Ce livre aurait pu s’appeler « Autopsie d’une famille apparemment normale », tant cette famille pourrait sembler absolument sans histoire à qui ne la connait que superficiellement. Mais le scalpel de David Vann révèle les traumatismes, les schémas familiaux qui se reproduisent, les frustrations qui grossissent de jours en jours, et on a la certitude, alors que la pression monte, que cela ne se finira pas bien du tout.
C’est un roman qui est très accessible, que j’ai trouvé très bien maîtrisé tant au niveau de l’écriture que de l’atmosphère. Comme tout roman de David Vann, il ne respire évidemment pas la gaieté, mais on ne lit pas un Vann quand on aspire à un peu de joie et de bonne humeur. Je vais d’ailleurs tenter de relire « Sukkwan Island », qui pour les fans de l’auteur (j’ai nommé Laure et Coralie), lui est bien supérieur.
C’est ma deuxième contribution au Mois Américain.
                          
Retrouvez ici l’avis des Bibliomaniacs sur ce livre.
David Vann sera présent au Festival América du 11 au 14 Septembre à Vincennes.

16 commentaires sur “Désolations – David Vann

  1. Ahlala je rattrape vos blogs par gros paquets et je ne vois que du bon. quel bonheur ce mois américain. Je me rends compte que je le fais presque avec l'émission festival america! Je suis contente que tu aies plutôt aimé désolations. Je n'osais pas te le dire mais j'avais peur que tu nous détestes avec Laure. ahah

  2. bonjour Eva
    contente de lire que tu n'as guère apprécié Sukkwan Island, faute d'avoir compris où l'auteur voulait t'emmener !… je ne vois qu'avis dithyrambiques sur ce bouquin que je n'avais pas , mais pas du tout aimé pour ma part, n'ayant pas du tout capté le "projet" de l'auteur, en effet ( à part la transposition de son propre drame familial , je sais c'est une critique facile mais inévitable quand on n'adhère pas…)

    1. j'ai plutôt apprécié la première partie (le huis clos père-fils) mais le "pivot" de l'histoire ne m'a pas convaincue du tout, et après je n'ai pas du tout adhéré au récit…mais effectivement, tu as raison, je ne lis qu'avis dithyrambiques et je me demandais si j'étais la seule à n'avoir pas accroché du tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *