Orlando – Virginia Woolf

2 coeurs

Comme vous le savez sans doute, j’aime beaucoup la littérature contemporaine, surtout française et anglo-saxonne, et je m’intéresse par contre assez peu aux classiques. J’ai cependant fait un effort dans le cadre du dernier Bibliomaniacs et ai lu un roman de Virginia Woolf paru dans les années 20 : « Orlando ».

Le livre se présente comme la biographie du personnage éponyme: au début du roman, c’est un jeune aristocrate anglais du XVIe siècle qui a déjà produit de nombreux écrits, et dont on suit les pérégrinations, notamment amoureuses. Le jeune homme va non seulement se réveiller un beau jour dans la peau d’une femme, mais également traverser les siècles, jusqu’au 11 octobre 1928. Orlando est alors une femme mariée, et une romancière publiée et reconnue.
Virginia Woolf
Jake Hinkson

Je ne me suis pas ennuyée en lisant ce roman, qui a eu d’ailleurs la faculté appréciable de faire passer mes temps de transport beaucoup plus vite. Le ton est enlevé et plutôt drôle, même si je ne suis pas vraiment adepte de la loufoquerie. J’ai par contre trouvé que Virginia Woolf mettait beaucoup de temps à poser le personnage, il faut une bonne centaine de pages avant qu’Orlando ne change de sexe, ce que j’attendais avec impatience car je trouvais l’idée excellente et audacieuse pour les années 20. Las, le changement de sexe n’a pas vraiment d’impact sur le déroulement de l’histoire, tout comme finalement les changements de siècles.

Même si le livre est agréable à lire, et est bourré de bonnes idées -notamment un personnage du XVIe siècle qui lui aussi resurgit au XXe siècle et a entre temps bien changé d’avis sur le talent d’écriture d’Orlando – il m’a laissé perplexe car sur plus de trois cents pages je me suis demandé où Virginia Woolf voulait en venir.
C’est un roman qu’elle a écrit pour Vita Sackwille-West dont elle était à l’époque très éprise, et certains y ont vu une autobiographie déguisée sur la maturation de son talent de romancière et son passage d’adolescente garçon manqué au statut de femme mariée.
« Orlando » m’a donc plutôt laissée au bord de la route et j’ai l’impression d’être passée à côté de ce roman, même si j’en reconnais l’inventivité et le côté audacieux. Je pense que je serai plus en phase avec « Une chambre à soi », également de Virginia Woolf, que j’ai très envie de lire, un essai qui traite de la place des auteurs féminins dans la littérature.
A noter pour l’anecdote qu’ Orlando est devenu un personnage de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires,  qui a le pouvoir de changer de sexe de manière aléatoire.
C’est ma participation à la catégorie « Classique Etranger » du challenge « Le Mélange des Genres » de Miss Leo.
Première parution en 1928. Notamment disponible au Livre de Poche, 350 pages.

6 thoughts on “Orlando – Virginia Woolf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *