Hommage à Ruth Rendell : « Le journal d’Asta » et « Jeux de mains »

Afficher l'image d'origine
Ruth Rendell est décédée le 2 Mai dernier à l’âge de 85 ans. J’aime beaucoup cette auteur, à l’oeuvre prolifique, dont j’ai lu de nombreux romans. Créatrice de l’inspecteur Wexfort, héros récurrent de plus d’une vingtaine de romans policiers, elle a également publié une trentaine d’ ouvrages indépendants, sous son propre nom ou sous le pseudonyme de Barbara Vine, se caractérisant par une forte dominante psychologique.
Résultat de recherche d'images pour "une nouvelle amie"Son oeuvre a donné lieu à de nombreuses adaptations cinématographiques, notamment par Pedro Almodovar (« En chair et en os », inspiré par « L’homme à la tortue »), Claude Chabrol (« La Cérémonie » inspirée par « L’analphabète », et « La demoiselle d’honneur »), Claude Miller (« Betty Fisher » inspiré par « Un enfant pour un autre »), ou plus récemment « Une nouvelle amie » par François Ozon et « Valentin Valentin » par Pascal Thomas, inspiré par « La Maison du Lys Tigré ».
Dans le cadre du Mois Anglais, je vais vous présenter deux livres de Ruth Rendell que j’ai beaucoup aimés, « Le journal d’Asta » et « Jeux de mains ». 

5 coeurs
Ces deux romans présentent plusieurs communs : dans chacun d’eux l’enquête n’est nullement policière mais menée dans un but personnel par un descendant d’écrivain célèbre, et basée sur la bibliographique de cet écrivain. La recherche d’indices et de vérités cachées se fait donc en épluchant une production littéraire.
En effet, la base du « Journal d’Asta » est un journal intime écrit par une jeune Danoise fraichement débarquée en Angleterre. Celle-ci va ainsi coucher sur le papier son quotidien pendant des décennies, que ce soit ses difficultés de jeune immigrée, son élévation dans la société anglaise, son quotidien d’épouse et de mère de famille, livrant un formidable témoignage sur l’Angleterre du début du XXe siècle. Publié par sa fille Swanny, le Journal et ses nombreux volumes deviendront des best-sellers. Lorsque Swanny reçoit des lettres anonymes lui disant qu’elle n’est pas la vraie fille d’Asta, sa nièce Ann décide de mener l’enquête, et découvre que dans la maison voisine de celle d’Asta, un meurtre jamais résolu a eu lieu, impliquant la disparition d’une enfant. C’est en épluchant les journaux d’Asta, en examinant les textes originaux en danois, en confrontant les écrits de la jeune femme à des documents officiels qu’Ann va reconstituer le passé trouble de sa famille.
Résultat de recherche d'images pour "journal asta rendell"« Le Journal d’Asta » est une intrigue formidablement menée par Ruth Rendell, qui alterne dans le récit les extraits du journal intime et l’enquête actuelle. L’auteur reconstitue le Londres du début du XXe siècle, et la vie des femmes à cette époque, entre Première Guerre Mondiale, domesticité, mortalité infantile, bonheurs et deuils…Non seulement il y a du suspense, car on se demande pendant tout le livre qui est vraiment Swanny et si ce n’est pas sa fille biologique, où et comment Asta a pu mettre la main sur elle, mais le contexte historique et l’atmosphère sont extrêmement bien créés par Ruth Rendell. Les extraits du journal sont vraiment bien écrits, et l’auteur introduit même des subtilités de language et de traduction entre le danois et l’anglais, mettant ici à profit ses propres origines nordiques.
« Le journal d’Asta » est un roman vraiment prenant, qui dessine un très beau portrait de femme, et que j’ai lu et relu, toujours avec un grand plaisir.
5 coeurs
Dans « Jeux de mains », un auteur célèbre, Gerard Candless, décède, laissant derrière lui sa femme Ursula et ses deux filles chéries, Sarah et Hope. Afin de rendre hommage à son père, Sarah décide d’écrire sa biographie. Mais elle se rend vite compte que tous les éléments publics de la vie de son père sont faux, même son propre nom! Qui était vraiment leur père, pourquoi a-t-il menti sur son passé? Les deux soeurs mènent l’enquête, cherchant des indices dans les livres du père. »Jeux de mains » est extrêmement brillant, avec là aussi une intrigue et une enquête qui ne sont pas policières mais bien familiales, et des réponses qui se trouvent dans les livres. L’histoire est vraiment originale et passionnante, même après plusieurs lectures (rien qu’en écrivant ce billet, j’ai de nouveau envie de relire ce roman!).

J’ai adoré disséquer la bibliographie de Gerald Candless avec ses filles, à la recherche d’indices, de pistes, pour retracer la véritable vie de leur père. C’est très recherché, très habile, et vraiment haletant. Même si Gerald Candless est mort, il est partout dans ce livre, et Ruth Rendell trace le portrait d’un homme hors du commun, un père poule qui laisse après son décès deux filles immatures et perdues sans lui, qui le vénèrent complètement, mais aussi un homme qui aura dissimulé à la perfection son passé, tout en se livrant presque complètement dans ses livres. Un homme qui aura sacrifié son épouse pour arriver à ses fins, épouse d’ailleurs très bien incarnée dans ce récit, car comme souvent Ruth Rendell a excellé dans la création des personnages.

Tout est vraiment bien agencé dans « Jeux de mains », c’est très bien écrit, intelligent, avec une enquête originale et des personnages très concluants.

J’ai lu beaucoup d’autres livres de Ruth Rendell, et tous ne m’ont pas plu, d’ailleurs, mais ces deux-là sortent vraiment du lot. L’auteur a su trouver l’équilibre entre enquête, psychologie, et story-telling, pour produire deux oeuvres malignes et marquantes, basées sur d’excellentes idées, que je vous conseille chaleureusement!

« Le Journal d’Asta » : publié le 4 mai 1994 chez Calmann Levy, traduit par Pierre Ménard, 436 pages, disponible au Livre de Poche.

« Jeux de Mains »: publié le 13 octobre 1999 chez Calmann Levy, traduit par Isabelle Tripault , 427 pages, disponible au Livre de Poche

 

5 commentaires sur “Hommage à Ruth Rendell : « Le journal d’Asta » et « Jeux de mains »

  1. Je ne connais pas bien cette auteur, n'ayant lu de ses titres que La demoiselle d'honneur, que 'avais beaucoup aimé, avec là aussi des personnages bien campés, à l'ambiguïté très intéressante. Suite à un conseil, j'ai L'analphabète dans ma PAL, mais les deux titres que tu évoques sont aussi tentants..

  2. @ Clara : elle a écrit un grand nombre de romans, tous ne sont pas excellents, mais ces deux là sont à mes yeux des valeurs sûres

    @Tant qu'il y aura des livres : j'espère qu'il te plaira!

    @Ingannmic; Ruth Rendell est très forte au niveau psychologique, ses personnages sont toujours bien construits

    @Nahe: j'espère qu'il te plaira!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *