La Fracture – Nina Allan

« La Fracture » de Nina Allan est un livre que j’ai découvert sur les réseaux sociaux, accompagnés d’avis enthousiastes qui m’ont donné envie de le lire, alors que je ne connaissais ni l’autrice ni la maison d’éditions.

En 1994, à Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, dit à sa mère qu’elle va rejoindre une copine… et disparaît. Malgré les recherches, elle n’est pas retrouvée. Un violeur et meurtrier arrêté dans les environs est soupçonné d’avoir enlevé et tué Julie – mais, condamné pour les autres crimes,  il nie avoir croisé l’adolescente, et rien ne prouve qu’ils aient été en contact. Un homme qui promène son chien au moment de la disparition de Julie est également inquiété par la police avant d’être innocenté, tout comme une ancienne prof de la jeune fille, dont la vie est brisée par cette affaire et son traitement médiatique. Le père de Julie ne perd pas espoir de retrouver sa fille, et continue les recherches, mais décède sans avoir revu Julie.

Vingt ans plus tard, Selena, la petite sœur de Julie, de trois ans sa cadette, reçoit un coup de téléphone d’une personne qui dit être Julie, et qui possède des informations sur leur enfance que seule Julie peut connaître. Les deux sœurs se revoient et Julie raconte à Selena une curieuse histoire pour expliquer sa disparition.

J’ai adoré « La Fracture » et son ambiance mystérieuse, et je me suis vraiment attachée à Selena, dont la vie a été bouleversée par ce drame, et qui mène jusqu’à la réapparition de Julie une existence plutôt solitaire – son père est mort, elle voit rarement sa mère, elle a refusé de suivre son petit ami à Kuala Lumpur, et la personne dont elle semble la plus proche est la patronne de la bijouterie où elle travaille.

J’ai été transportée par ce roman étrange, qui brouille les repères. Je ne pense pas que « La Fracture » fasse l’unanimité car il faut adhérer à ce que propose l’autrice, et les interprétations et conclusions pourront différer d’un lecteur à l’autre mais j’ai adoré ce livre qui navigue entre roman psychologique et science-fiction, entre présent et passé, et qui est composé à la fois du récit en tant que tel, mais aussi d’extraits de journaux intimes, de lettres, d’articles de presse, de dissertations… sur fond de suspense : qu’est-il vraiment arrivé à Julie?

« La Fracture » est une lecture vraiment particulière, dérangeante, marquante, qui a bousculé mon confort de lectrice. Une curiosité, à découvrir !  

Publié en Août 2019 chez Tristram, traduit par Bernard Sigaud, 403 pages.

 

15 commentaires sur “La Fracture – Nina Allan

  1. Je l’ai noté aussi suite à un avis enthousiaste, et également parce que j’ai adoré « Complications » de cette même autrice, et que j’ai l’impression que les 2 titres ont des points communs, notamment sur leur structure narrative…

  2. C’était le troisième que je lisais de l’auteur, c’est dire! J’aurais juste aimé en savoir plus sur le coin où elle avait disparu, on est appâté, ce n’st pas développé, pourtant il y avait matière

  3. J ai deteste ce livre l histoire est invraisemblable ce n est pas tres bien écrit il y a eu très bonnes critiques de la presse écrite mais je n ai pas adhéré

  4. Chère Eva ce n est que un avis je suis passée à coté de ivre je n ai pas trouvé la flamme litteraire que je cherchais mais ton blog est toujours très riche tu es une femme inspirante.

    1. aucun problème, effectivement ce n’est pas un livre consensuel, et je comprends tout à fait que l’on n’adhère pas à ce que l’autrice propose !!
      et merci pour ton gentil message 🙂

  5. Vraiment intriguant. Mais, dis-moi, lorsque tu écris: «ce livre qui navigue entre roman psychologique et science-fiction», jusqu’où va la sf? Dis-moi pas qu’elle a été capturé par des martiens, parce que là, j’embarquerais pas! Je suis très ouverte d’esprit, mais il y a des limites!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *