Jurée au Grand Prix Cinéma ELLE 2014

La fin du Grand Prix ELLE 2014 étant arrivée, il me fallait un nouveau défi à relever. Sur une suggestion de Laure, mon amie co-jurée et co-podcasteuse de Bibliomaniacs, j’ai donc postulé pour être jurée de la quatrième édition du Grand Prix Cinéma ELLE, en envoyant une critique de « Her » de Spike Jonze.
En 2011, lors de la première édition, c’est Maiwenn qui avait été lauréate pour son excellent film « Polisse ». L’année suivante, c’est Thomas Vinterberg pour « La Chasse » qui avait été couronné, et en 2013, le Prix avait été partagé entre Katell Quillévéré pour « Suzanne » et Louise Archambault pour « Gabrielle ».
J’ai eu la joie d’apprendre que j’étais sélectionnée pour être l’une des 120 jurées de l’édition 2014, et que j’allais donc visionner sept films (tenus secrets) durant le week end des 4-5-6 Juillet, au Gaumont Pathé Beaugrenelle.
Vendredi 4 Juillet, je me suis donc rendue dans ce nouveau cinéma, très moderne, design et confortable, où je n’étais jamais allée, puisque possédant la carte UGC, je ne fréquente de facto plus les cinémas concurrents!
L’équipe de ELLE m’a remis mon kit de jurée, soit un badge pour pouvoir circuler librement dans le cinéma, un super stylo qui s’allume pour pouvoir prendre des notes dans le noir (ce que je n’ai pas fait) et un carnet avec le programme, le titre des films, et un coupon détachable où figureraient les notes sur 10 que je donnerais à ces sept films.
Ces films ne sont pas encore officiellement sortis, certains avaient déjà été projetés, notamment lors du Festival de Cannes, mais pour d’autres, c’était la première projection à un public autre que l’équipe du tournage. C’est vraiment formidable de pouvoir visionner un film vierge de toute critique ou commentaire, et c’était une très bonne idée de ne pas nous dévoiler le titre des films au préalable, afin que nous ne fassions pas de recherche sur eux.
J’étais ravie de voir le premier film de la sélection, « Bande de Fille »s de Céline Sciamma car j’avais beaucoup aimé les deux autres films de cette réalisatrice, « Naissance des Pieuvres » et « Tomboy ».
Mariem est une jeune fille d’origine africaine qui vit dans une cité. Elle rencontre trois filles de son âge au caractère bien trempé, qui l’intègrent dans leur bande: cette rencontre va la transformer, d’apparence comme de comportement. La bande permet de se sentir femme, de résister aux garçons du quartier, de contrer l’autorité du grand frère… même si j’ai trouvé le film trop long et le dernier tableau superflu, je me suis attachée à Mariem et à ses amies, et j’ai beaucoup aimé ce film. J’ai particulièrement apprécié deux scènes lumineuses: la scène d’ouverture, hypnotisante, qui présente du football américain, et cette scène absolument incroyable où les filles dansent et chantent sur « Diamonds » de Rihanna-qui m’a donnée des frissons.
Les quatre jeunes filles étaient d’ailleurs présentes à la projection.
Une nouvelle amie

Le deuxième film m’a également ravie: « Une Nouvelle Amie » de François Ozon. Je ne peux pas en dire trop car cela pourrait nuire au suspense, mais outre l’excellente performance de Romain Duris et Anais Demoustier (dont la beauté, le charme et la féminité sont vraiment révélés dans ce film), j’ai beaucoup aimé la façon dont François Ozon traite le thème du film, très actuel, et va jusqu’au bout de son message, totalement assumé. J’ai entendu que le sujet-assez provocateur- n’avait pas forcément plu à tout le monde dans le public, mais pour moi c’est une vraie réussite.

Samedi 5 juillet, j’ai visionné trois films:
Le premier a été un gros coup de coeur: « Whiplash » de Damien Chazelle. C’est un premier film américain, qui a remporté le Grand prix de la fiction américaine et le Prix du Public à Sundance, sur un jeune homme de 19 ans qui intègre une école de musique renommée dans le but d’être le meilleur batteur de jazz de sa génération. Mais il doit convaincre Terence Fletcher, professeur passionné mais tyrannique, qui n’a aucune limite pour pousser ses élèves au meilleur…C’est la première fois que je vois un film sur la batterie, et c’est divinement bien filmé, plein de sang et de sueur, comme un match de boxe.
Les deux thèmes, musique et harcèlement moral sont extrêmement bien traités, et les deux personnages principaux sont excellents. Bref, vraiment un film à voir!
Le deuxième film est « Les Héritiers » de Marie-Castille Mention-Schaar, qui est tiré d’une histoire vraie. La réalisatrice et le jeune coscénariste/acteur principal du film étaient d’ailleurs là pour présenter le film. Une prof d’histoire-géo, très bien incarnée par Ariane Ascaride, inscrit sa classe de seconde d’un lycée de banlieue au Concours de la Résistance, sur le thème des enfants et adolescents dans le système concentrationnaire nazi. Le thème de ce film m’a beaucoup intéressée car j’avais moi-même participé à ce concours quand j’étais en 3e (sur le thème des étrangers dans la résistance française, les FTP-MOI), et aussi pour le message républicain et laïque qu’il adresse. Plusieurs séquences m’ont fait pleurer, notamment le témoignage-réel-d’un adolescent déporté. Malgré quelques problèmes de justesse, et un peu trop de bons sentiments, c’est un film à voir.

Le troisième film: « Mommy » de Xavier Dolan, Prix du Jury à Cannes. La vie quotidienne d’une mère avec son fils Steve, atteint de graves problèmes psychologiques et sujet à des crises de violence. Ils sont soutenus par leur nouvelle voisine, une jeune femme qui souffre de bégaiement suite à un drame qu’elle a vécu. Ce film est extrêmement intense, et j’en suis sortie sonnée. Malgré un sujet lourd, pas de misérabilisme, mais au contraire, une grande énergie, et beaucoup de moments très drôles, notamment grâce au personnage de la mère, cash, pétulante et gouailleuse. Les trois acteurs principaux (Anne Dorval, Suzanne Clément et Antoine-Olivier Pilon) sont absolument excellents, et c’est un très beau moment de cinéma que nous offre Xavier Dolan.

 
 
 
Dimanche 6 juillet: 
Il me restait deux films à voir: le premier a été une belle surprise, « Elle l’adore », de Jeanne Herry, qui est la fille de Miou-Miou et Julien Clerc,  une comédie policière interprétée par Sandrine Kiberlain et Laurent Laffitte.
Muriel est esthéticienne et grande fan du chanteur Vincent Lacroix. Lorsqu’il frappe à sa porte en pleine nuit et lui demande son aide, elle n’hésite pas une minute.
Le rythme est enlevé, il y a beaucoup d’humour et un scénario très bien ficelé, avec un excellent casting, que ce soit les acteurs principaux ou secondaires. J’ai beaucoup ri, et me suis attachée au personnage de Muriel, mythomane qui n’est jamais là où on l’attend.
J’ai eu le plaisir de voir apparaître sur scène à la fin du film Sandrine Kiberlain, qui a été adorable: lumineuse, sympathique, disponible, elle a répondu avec un grand sourire et beaucoup de gentillesse à toutes les questions (même les plus bêtes!) et s’est prêtée au jeu des photos et dédicaces de façon très agréable.
Le dernier film de la sélection était « Saint Laurent », de Bertrand Bonello, qui était également là pour présenter son oeuvre. C’est le seul film où j’ai senti de l’hostilité de la part d’un bon nombre de jurées, notamment parce qu’il met en avant l’homosexualité et la toxicomanie d’ Yves Saint-Laurent. C’est le film de la sélection qui m’a le moins plu, mais parce que je l’ai trouvé trop long et un peu ennuyeux. Par contre je n’ai pas trouvé qu’il insistait plus sur ces deux facettes d’YSL que le film de Jalil Lespert que j’avais vu à sa sortie, et en aucun cas ces sujets ont été traités de façon glauque. S’il est vrai que le film de Lespert montrait aussi les « années sages » du créateur que le film de Bonello qui se concentre sur les années 60-70, la créativité du couturier est également bien mise en avant et il y a un très beau travail sur les couleurs, la photographie et la bande-son. Gaspard Ulliel est excellent dans le rôle d’Yves Saint Laurent, et j’ai beaucoup aimé également la prestation d’Aymeline Valade et Louis Garrel. Cela m’a fait aussi plaisir de retrouver Amira Casar que j’aime beaucoup.
Bref, ce n’est pas le film de l’année, et à mes yeux le moins bon de cette sélection, mais il a ses qualités. A noter qu’à chaque séance un dossier de presse du film  nous était remis-mention spéciale à celui de « Saint Laurent », qui est un très beau fascicule rempli de photos.
Quand j’ai dû remettre mes notes, j’ai classé ces sept films dans l’ordre suivant, avec en premier celui que j’ai préféré:
1. Whiplash
2. Mommy
3. Bande de Filles

3. Une Nouvelle Amie ex-aequo
5. Elle l’adore
6. Les héritiers
7. Saint Laurent

J’aurai connaissance des résultats le 16 Septembre, lors de la remise du Prix…

J’ai passé un excellent week end, et suis ravie d’avoir eu la possibilité d’avoir vu une sélection de films d’un si haut niveau, certains six mois avant leur sortie officielle!

Le compte-rendu de Laure: jour 1, jour 2, jour 3.

8 commentaires sur “Jurée au Grand Prix Cinéma ELLE 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *