Price – Steve Tesich

5 coeurs

Attention, coup de cœur! « Price » est le premier roman de Steve Tesich, publié en France plus de vingt ans après sa parution aux Etats-Unis. Ce livre n’a pas vraiment de points communs avec son second roman, Karoo, écrit près de quinze ans après, mais publié l’an dernier en France, et jamais je n’aurais deviné que c’était le même auteur qui les avait écrits tous les deux.

Après une introduction décrivant un match de lutte qui m’a rappelé « Le monde selon Garp » de John Irving, on suit dans « Price » le héros éponyme, Daniel Price, un lycéen de 18 ans durant l’été 1961- même si l’action pourrait avoir lieu de nos jours tant les problématiques abordées sont universelles. Cet été est un tournant triste et décisif dans la vie de Daniel, sur tous les plans: il passe à deux doigts d’un avenir sportif,  il finit le lycée, mais sans avoir de projet – travail ou études, les liens avec ses deux meilleurs amis Larry et Billy commencent à se distendre, il rencontre une jeune fille, Rachel, nouvellement arrivée en ville, et son père tombe gravement malade.
Tout est divinement bien écrit dans ce livre: Steve Tesich est un excellent créateur de personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires: mère flamboyante originaire du Montenegro, jeune fille obèse amoureuse, père dont on suit la déchéance, jeune femme malheureuse qui recherche la compagnie des lycéens, ami à tendances psychopathes, aveugle fan d’opéra…
Les situations sont douloureuses, mais extrêmement bien dépeintes par l’auteur et même si le livre est un pavé, j’ai été happée par la vie de Daniel Price, ses sentiments, ses interactions, ses espoirs ruinés, et sa façon d’échapper à son quotidien malheureux par l’imaginaire et l’écriture. Tout ce qui arrivera cet été sera déterminant pour l’avenir de Daniel, un jeune héros solitaire comme je les aime.
En fait j’ai trouvé que « Price » était aux antipodes complètes de « Et rien d’autre » de James Salter que j’ai lu récemment: une période courte et intense de la vie d’un homme, avec un personnage principal profond et complexe et des personnages secondaires extrêmement bien incarnés.

Steve Tesich

En me renseignant rapidement sur la vie de Steve Tesich, qui reçut un Oscar du meilleur scénario original en 1979 pour « La Bande des Quatre », et dont j’ai découvert qu’il était né en ex-Yougoslavie et n’était arrivé aux USA qu’à l’âge de quinze ans, j’ai vu qu’il avait mis beaucoup de lui-même dans le personnage de Daniel Price: ils partagent les mêmes origines, ont été lutteurs, ont passé tous deux leur adolescence à l’Est de Chicago, et ont tous deux un père atteint d’un cancer lorsqu’ils avaient dix-huit ans.

C’est un très beau roman, une excellente surprise de cette rentrée littéraire que j’ai vraiment envie de faire découvrir autour de moi… j’en fais donc ma deuxième pépite pour le challenge de Galéa!

Laure aime beaucoup également.

Dix-septième contribution au Challenge 1% rentrée littéraire 2014 organisé par Hérisson.

challenge 1% 2014     

12 thoughts on “Price – Steve Tesich

  1. Monsieur Toussaint Louverture a le chic de nous trouver de vieilles perles, vingt ans après leur parution à l'étranger, quand ce n'est pas vingt ans après la mort de l'auteur… Personnellement j'adore l'idée de donner une seconde chance à ces romans, sur un terrain nouveau. 🙂

  2. Génial !!! J'adore l'idée qu'un livre soit une nouveauté pour nous, alors qu'il est sorti il y a 20 aux US. Ca me fait penser à Mailman, pépité par Coralie l'année dernière (merci Monsieur Toussaint Louverture)
    Je note ta pépite avec grand grand plaisir, il y a un bel enthousiasme qui naît sur ce roman, et c'est super chouette.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *