Orphelins de Dieu – Marc Biancarelli

3 coeurs
Biancarelli Orphelins de Dieu

J’avais lu il y a quelques temps « Murtoriu », roman atypique et déroutant de Marc Biancarelli et m’étais promis de ne pas passer à côté d' »Orphelins de Dieu », du même auteur, livre repéré sur le blog de Jérôme (le vil tentateur).

Contrairement à « Murtoriu », écrit en corse et traduit par Jérôme Ferrari, « Orphelins de Dieu » est quant à lui directement écrit en français. Il y a peu de similarités entre les deux ouvrages, « Orphelins de Dieu » est un western qui se passe en Corse à la fin du XIXe siècle.
Des bandits ont attaqué le frère de Vénérande, l’ont défiguré puis lui ont tranché la langue. La jeune femme ne veut pas que ce crime aussi violent que gratuit reste impuni, et fait appel à un  mercenaire aujourd’hui vieillissant, mais que sa longue carrière du côté du mal a rendu célèbre dans tout le pays. Il ne s’agit pas pour elle de passer simplement contrat, mais aussi d’accompagner l’Infernu dans sa quête du clan à abattre. Sur le chemin, il va raconter à Vénérande les événements marquants de sa vie, souvent bien saignants. 

Biancarelli
Marc Biancarelli

La langue est exigeante et violente, les descriptions sont très graphiques, et il règne sur ce récit un souffle des plus sombres et impitoyables. Les souvenirs de l’Infernu se mêlent harmonieusement au récit de la quête menée en compagnie de Vénérande, même si certaines connaissances historiques m’ont manqué pour bien comprendre où et dans quelles batailles il avait passé sa jeunesse.  L’histoire m’a fait penser au film « True Grit », même si Vénérande n’est plus une adolescente,  une citation du roman éponyme de Charles Portis figurant d’ailleurs en exergue du livre. Je verrais d’ailleurs bien une adaptation cinématographique d’ « Orphelins de Dieu » dans les montagnes corses, cela pourrait faire un très beau film, notamment dans les dernières scènes.

Ce n’est pas un roman très abordable, il faut s’accrocher à la langue employée (et aussi parfois avoir l’estomac bien accroché) , mais les descriptions sont  magnifiques, et c’est le genre de roman qui marque vraiment sa différence et dont on se souvient.

52e contribution au Challenge 1% rentrée littéraire 2014 organisé par Hérisson …

Publié le 20 août 2014 aux Editions Actes Sud, 235 pages.

3 commentaires sur “Orphelins de Dieu – Marc Biancarelli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *