L’Arabe du Futur T1 – Riad Sattouf

4 coeurs

« L’Arabe du Futur » est une trilogie de romans graphiques où Riad Sattouf, franco-syrien, raconte sa jeunesse. Le tome 1 évoque les six premières années de l’auteur, de 1978 à 1984, passées d’abord en Libye puis en Syrie.

Résultat de recherche d'images pour "riad sattouf"
Riad Sattouf

Riad Sattouf est né de la rencontre à l’université en France dans les années 70 entre deux étudiants, Abdel-Razak, Syrien et Clémentine, Française. Le père est un admirateur de Nasser et du panarabisme, et, à l’obtention de son diplôme, souhaite enseigner dans une université du monde arabe. Il répond donc à l’appel de Khadafi qui recrute des professeurs arabophones et leur donne une paie très confortable, et la petite famille se retrouve à vivre en Libye (décrite en jaune), puis, après un interlude en France (en bleu), en Syrie (en rose) où le père de Riad a également trouvé un poste.

 

On découvre donc, à travers les yeux d’un petit enfant blond, ce qui provoque ou admiration ou rejet, ces deux pays du Moyen-Orient – même si les souvenirs semblent étonnamment clairs et précis pour un enfant, même précoce, entre deux et six ans et que ceux-ci ont certainement dû être alimentés par d’autres sources. La Libye est en pleine mutation avec l’arrivée de Khadafi au pouvoir. Le père de Riad est très admiratif du Colonel – mais il était alors également très apprécié en Occident – car il voit celui-ci comme un homme adepte du panarabisme qui va moderniser le pays, où tout le monde aura toit, travail et nourriture,  et envoyer les masses à l’école pour en faire des Arabes éclairés, ce que le père de Riad appelle les « Arabes du Futur ». Les conditions de vie en Libye sont décrites comme folkloriques, entre les maisons sans serrures, le manque de variété dans la nourriture distribuée, le culte de la personnalité et les contrôles omni-présents.

 

Puis c’est la Syrie, le retour aux origines pour le père dans un petit village pauvre près de Homs, et au mode de vie très éloigné de celui qu’on peut trouver dans la capitale syrienne. Il y a un fossé énorme entre le père universitaire qui a longtemps vécu en occident et sa famille très modeste qui a toujours vécu dans un village peu développé, et on peut comprendre qu’Abdel-Razzak soit tiraillé entre ses aspirations de modernité et un certain conservatisme, entre son côté laïque en France et sa volonté que son fils apprenne le Coran, et qu’il soit soumis à de nombreuses contradictions.
Riad et sa mère se retrouvent donc à vivre dans une société très éloignée du monde occidental, car même en Libye ils vivaient de façon relativement isolée de la population locale dans un immeuble occupé par des étrangers (yéménites, indiens). Là, ils vivent près du reste de la famille du père, et sont donc confrontés de plein fouet et de façon quotidienne à un autre mode de vie, plutôt violent (les garçons sont encouragés à se battre), à des comportements qu’ils ne comprennent pas (le chiot qui est tué puisque les chiens sont considérés comme impurs et non comme des animaux de compagnie ), à un endoctrinement antisémite de la population (Riad se fait traiter de Juif toute la journée en raison de ses cheveux blonds), et plus généralement à des personnes pauvres d’un village reculé et donc qui vivent d’une façon qui peut sembler moyen-âgeuse pour des Français.

La vision des situations est celle d’un petit enfant, sans la prise de recul ou l’analyse après coup d’un adulte, et effectivement le portrait peut mettre mal à l’aise. Que ce soit les voisins ou les membres de sa famille, les gens apparaissent comme plutôt méchants, incultes, sales et violents mais je n’ai pas vu cela comme du racisme, seulement comme l’impression, fausse ou pas, que Riad en avait à cette époque, en étant confronté à des personnes qui n’avaient pas forcément la même culture, les mêmes codes, le même mode de vie, les mêmes moyens que lui. D’ailleurs, même les parents ne sont pas épargnés : si à l’époque Riad semble en totale admiration devant son père, et que celui-ci a connu un parcours stupéfiant, d’un petit village pauvre de Syrie jusqu’à se voir proposer un poste à Oxford,  Abdel-Razzak est souvent présenté ou comme un homme immature qui fait des blagues idiotes, ou comme une personne plutôt autoritaire qui dirige la famille comme bon lui semble. Quant à la mère elle parait gentille mais effacée, suivant son mari où il l’emmène sans aucune opposition et semblant s’accommoder de toutes les situations.

« L’Arabe du Futur T1 » de Riad Sattouf est donc le portrait intéressant d’une famille multi-culturelle et le témoignage passionnant d’un enfant confronté à la fois à des sociétés en pleine mutation et pleines d’espoir quant aux changements promis par Khadafi et Al-Assad et à un fossé énorme de culture et de mode de vie et de pensée. J’ai d’ailleurs hâte de lire le T2 pour voir si Riad s’intègre en Syrie et si l’attitude des parents évolue.

Publié le 7 mai 2014 aux Editions Allary, 160 pages.

6 thoughts on “L’Arabe du Futur T1 – Riad Sattouf

  1. Je n'ai lu aucun des deux mais j'ai lu les critiques – très divergentes. Certains adorent, d'autres détestent. Toi tu résumes parfaitement les deux opinions : ceux qui se disent, c'est le point de vue d'un enfant et les autres qui le trouvent à la limite raciste … Ils sont à la bibli, un jour je les emprunterais 😉

  2. Le deuxième est dans la même veine, même si, pour la famille, une sorte de routine s'installe (et Riad rentre à l'école, c'est un grand bouleversement pour lui !). Je fais partie de ceux qui ont adoré et je me jetterai sur le troisième dès sa sortie 😉

  3. @Jérôme : j'ai hâte de voir comment Riad s'en sort à l'école!

    @Delphine Olympe : et moi j'ai hâte de lire le 2e!

    @Electra : oui, j'ai lu des avis très contrastés … je pense qu'il faut se remettre dans le contexte de l'époque, avec un gap socio-culturel énorme…Riad n'est pas confronté à des intellectuels urbains mais à des paysans d'un village peu développé, dans des pays dirigés par des dictateurs, à une époque tendue (après la guerre de Kippour)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *