Prendre Lily – Marie Neuser

prendre lily

C’est Electra qui m’a donné envie de lire « Prendre Lily » de Marie Neuser…et elle a été de très bon conseil car moi aussi j’ai adoré ce roman policier qui sort de l’ordinaire!

Le livre commence par un crime dans une petite ville d’Angleterre : Lily Hewitt, une couturière qui travaillait à domicile, est retrouvée par ses deux filles dans sa salle de bains, égorgée, les seins coupés, les mains renfermant deux mèches de cheveux, l’une qui lui appartient, l’autre pas. L’équipe de police dépêchée sur les lieux est vraiment marquée par l’horreur de la situation, notamment Gordon McLiam, le narrateur. Malgré les moyens mis en oeuvre, impossible de retrouver le coupable. Un voisin, un homme italien nommé Damiano Solivo, éveille cependant les soupçons, car la victime l’avait accusé d’avoir volé ses clés quelques jours avant le drame. Le fait qu’il ait fait tremper ses baskets dans un bain de javel ne joue pas non plus en sa faveur. Mais l’homme a un alibi en béton : à l’heure du crime, il était au travail. Pourtant Gordon et ses collègues sentent confusément qu’il cache quelque chose, et qu’il est coupable. Leurs soupçons se confirment lorsqu’ils apprennent que des femmes habitant dans la même ville se plaignent qu’on leur a coupé des mèches de cheveux dans le bus, un moyen de transport qu’emprunte tous les jours Damiano Solivo. Et se transforment en certitude lorsqu’ils découvrent que l’homme a été accusé quinze ans auparavant d’être impliqué dans la disparition d’une adolescente italienne, Gloria, mais sans être condamné, faute de preuves.

marie neuser
Marie Neuser

La grande originalité de « Prendre Lily » est que contrairement à la plupart des thrillers, il ne s’agit pas d’un whodunnit : le but du livre n’est pas de trouver qui a commis le crime, mais de trouver le moyen de faire arrêter et condamner le meurtrier présumé. « Prendre Lily » est le roman d’une frustration et d’une obsession. Gordon et ses collègues se sont juré de prouver que Damiano Solvino est bien un criminel, quitte à y passer des années, et à sacrifier leur vie privée. Impossible pour eux de passer à autre chose, de se résigner, d’autant plus que Solvino se joue d’eux, les nargue, et clame son innocence dans son blog et dans les médias.

Je n’ai pas toujours été convaincue par le style du roman – des phrases parfois mal tournées, ou des mots bizarrement employés qui m’ont fait tiquer, j’avais parfois l’impression que le roman avait été mal traduit…sauf que c’est un roman français! – mais le récit, inspiré de faits réels, est absolument addictif. C’est un pavé, 576 pages, que j’ai dévoré en moins de deux jours. Chaque fois que je le reposais, j’avais hâte de le reprendre! Ce que j’ai surtout aimé est que l’histoire semble réaliste : l’auteure montre les lenteurs d’une enquête, les incohérences, les fausses pistes, les indices négligés, les défauts de communication…

« Prendre Lily » est vraiment original et bien maîtrisé – et les personnages sont très bien incarnés, très humains. On sent la frustration de Gordon, sa douleur, sa dérive, sa quête obsessionnelle de la vérité – il est vraiment prêt à tout pour arriver à ses fins. On ressent ses émotions, on est dépité, énervé, dégoûté lorsqu’une piste se transforme en impasse, lorsque les enquêteurs échouent tout près du but, lorsque Solvino fanfaronne ou joue les victimes.

J’ai adoré la lecture de ce roman de Marie Neuser, et je n’ai qu’une hâte, lire « Prendre Gloria » qui lui s’attache à raconter le premier meurtre de Damiano Solvino, celui de la jeune Gloria en Italie, quinze ans avant celui de Lily Hewitt!

Publié en 2015 chez Fleuve Noir, disponible en poche chez Pocket, 576 pages.

21 thoughts on “Prendre Lily – Marie Neuser

  1. Ravie que tu aies aimée comme moi ! Pareil pour le style, il n’est pas extraordinaire mais l’histoire est si prenante que l’on s’en fiche ! cette obsession, je l’avais aussi à la fin. La frustration est si intense …

    J’ai découvert depuis qu’il s’agit en fait d’un vrai crime – les deux apparemment. J’ai aperçu les photos des victimes et du bourreau, mais je n’ai pas souhaité aller plus loin avant d’avoir lu « Prendre Gloria » pour ne pas tout savoir !
    J’ai tellement aimé être accroché par ce roman que j’espère revivre la même sensation ! quand je vois certains livres que je « traine » et ceux que je dévore .. j’ai emprunté un autre de ses romans, très court, qui montre une maîtresse qui perd les pédales, apparemment la tension est à son comble 😉

    1. j’ai hâte de lire « Prendre Gloria » et un peu peur aussi d’être déçue comparée au premier ! je découvrirai ses autres livres plus tard…
      C’est clair que ça fait du bien de tomber sur un livre addictif – là je suis en train de lire le dernier Cusset, et c’est pareil je n’arrive pas à le lâcher!

  2. J »ai bien aimé aussi même si je suis moins enchantée que toi et Electra à cause de certains détails. Mais si tu aimes, je te recommande « Un petit jouet mécanique », tendu lui-aussi et je vais certainement lire « Je tue les enfants… » qui m’intrigue.

    1. j’avais vu dans ton billet que tu avais pointé certaines incohérences…c’est sûr que je vais en lire d’autres de la même auteure, et j’espère que le même niveau de qualité sera au rdv!

    1. je pense qu’il peut plaire à quelqu’un qui n’est pas trop polar, car justement ce n’est pas la recherche du meurtrier, mais une stratégie pour le faire condamner…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *