Une Education – Tara Westover

C’est sur le blog d’Electra que j’avais repéré « Une Education » de Tara Westover, elle l’avait lu en VO (Educated) et au vu du sujet et de son avis, je n’avais qu’une hâte, qu’il soit traduit en français ! C’est un livre que j’ai lu en lecture commune avec mes amies de Bibliomaniacs, puisque nous l’avons mis à l’affiche de l’émission d’Avril de notre podcast littéraire, que vous pouvez d’ailleurs retrouver ici.

Contrairement à ce que j’ai pu parfois lire, « Une Education », qui est un récit autobiographique, ne raconte pas l’émancipation de l’auteure de sa famille mormone. Ce n’est pas la religion mormone qui pose ici problème – d’ailleurs, la plupart des personnages que l’on croise durant l’enfance et l’adolescence de Tara Westover,et qui ne vivent pas sous son toit, sont mormons également et agissent à peu près normalement. En revanche, le père de Tara et de ses six frères et sœur est un survivaliste qui se méfie de tout ce qui est de près ou de loin lié au gouvernement : les naissances des derniers de la fratrie n’ont pas été déclarées à l’état-civil, il ne veut pas que ses enfants aillent à l’école, et que sa famille fréquente l’hôpital. La mère de Tara fait donc vaguement l’école à la maison à ses enfants, et les très nombreux accidents qui touchent parents et enfants (quasiment tous les membres de la famille vont se retrouver brûlés ou le crâne ouvert …) sont soignés à coups de potions ou d’huiles essentielles…

Tara grandit par conséquent dans un univers plein de paradoxes et contaminé par la maladie mentale de son père. Les parents sont aimants, mais mettent régulièrement en danger la vie de leurs enfants. Le père est obsédé par l’Apocalypse, et toute la famille doit se préparer à être auto-suffisante. Il souhaite que sa famille vive coupée du monde, mais accepte cependant que Tara suive des cours de danse puis de comédie musicale, via lesquels elle va rencontrer son premier petit ami et commencer à prendre du recul vis-à-vis de sa famille. Lorsque l’un de ses frères aînés, dont elle est très proche, décide de préparer l’équivalent du bac et de partir à l’université, cela ouvre de nouvelles perspectives à Tara, qui décide elle aussi de préparer l’examen pour être acceptée dans une université mormone…

Ce livre est édifiant…et passionnant ! Le survivalisme est un courant qui éveille ma curiosité, et j’ai été fascinée par cette famille complètement décalée qui vit quasiment en autarcie et hors système. Pourtant, Tara aura la curiosité et la force d’esprit d’aller découvrir le monde, et ceci via les études, ce qu’elle ne connait pourtant pas puisqu’elle n’a jamais été scolarisée (et l’enseignement de sa mère était vraiment très rudimentaire). A seize ans, elle va se retrouver sur un campus universitaire, avec des lacunes monstrueuses : il lui manque beaucoup de références culturelles et historiques – elle n’a par exemple jamais entendu parler de la Shoah ou de la lutte pour les droits civiques. Les interactions sociales avec ses camarades sont aussi compliquées… mais à force de volonté et de travail, et aussi grâce à l’aide de certaines de ses condisciples et de l’équipe éducative qui va lui fournir des bourses et des opportunités, Tara va devenir l’une des meilleures élèves de sa promotion, et  entamer un parcours universitaire qui va l’emmener jusqu’à Cambridge ou encore Harvard… le fossé avec sa famille va en parallèle se creuser, mais finalement moins à cause du chemin très différent qu’elle a pris qu’à cause de la maladie mentale de son frère aîné, un homme violent auquel elle s’oppose, et qui va liguer les membres de la famille contre elle.

Le parcours de Tara Westover est absolument incroyable, c’est une sorte de rêve américain raconté avec à la fois beaucoup de douleur et d’humilité (et sans spoiler, le parcours de ses parents est assez incroyable également !) Il est complètement fou de penser que cette jeune femme qui n’a jamais étudié avant l’âge de seize ans, a pu entreprendre un parcours universitaire aussi brillant. Son enfance et son adolescence ont été une sorte d’école de la vie, et lui ont donné une maturité, une force de caractère hors du commun. Le personnage du père est également fascinant, et à bien des égards Tara lui ressemble : elle aussi est une rebelle, une personne indépendante d’esprit – le père a voulu vivre hors du système et s’opposer aux lois et aux coutumes, Tara, quant à elle, vivra hors du cercle familial, en opposition avec ce que prônait son père.

« Une Education » de Tara Westover est un très beau récit, qui m’a rappelé « Celui qui va vers elle ne revient pas » de Shulem Deen….

Publié en Janvier 2019 chez JC Lattès, traduit par Johan Frédérik Hel Guedj, 400 pages.

4 commentaires sur “Une Education – Tara Westover

  1. Le survivalisme est un thème qu’on retrouve assez fréquemment dans des romans, mais là, vu de l’intérieur, ce doit être passionnant. Et le parcours de la jeune fille aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *