Secret de Polichinelle – Yonatan Sagiv

Cela faisait près de trois ans que je n’avais pas lu de littérature israélienneet « Secret de Polichinelle », premier roman de Yonatan Sagiv tombait donc à point nommé pour renouer avec ce pays dont je suis pourtant de près l’actualité littéraire, et dont j’apprécie notamment les romans policiers…

Et « Secret de Polichinelle » est un roman policier qui se distingue du lot puisqu’il met en scène un enquêteur très particulier, en rupture avec les codes du genre. Oder Héfer s’est auto-proclamé détective privé grâce à quelques diplômes achetés sur Internet. Il est homosexuel, traumatisé par son service militaire, et parle de lui au féminin…Les clients ne se bousculent pas dans son bureau et lorsqu’une femme lui demande d’enquêter sur la mort de sa sœur, Oder est ravi (enfin, « ravie ») de se saisir du dossier. Smadar Tamir était une femme d’affaires très riche et très en vue : alors qu’elle était à l’hôpital, elle s’est jetée par la fenêtre. Suicide, accident? Sa sœur pense plutôt qu’elle a été poussée…Oder se retrouve à enquêter au sein d’une famille dysfonctionnelle, aidé par son flair et sa ténacité et épaulé par son ami commissaire…

Si l’histoire et l’enquête tiennent du roman policier classique, le personnage d’Oder Héfer est une vraie bouffée d’air frais, bien loin des vieux loups solitaires – hommes comme femmes, d’ailleurs- que l’on retrouve souvent dans ce genre d’enquêtes. Le détective est malin, pétillant, et ose sortir des sentiers battus et aller plus loin que les apparences …

J’ai eu l’occasion de rencontrer Yonatan Sagiv chez ses éditeurs (Anne-Sophie Dreyfus et Gilles Rozier) et de discuter longuement avec lui, et il est fan de séries télé, ce qui se sent dans son ouvrage : le récit est rythmé, plein de rebondissements, le personnage principal est très travaillé, l’atmosphère est colorée – à l’image de la couverture – et on imagine sans peine cet univers porté sur petit écran.

« Secret de Polichinelle » est le premier tome d’une série – le 2e est déjà sorti en Israël et le troisième sortira bientôt – et cela se sent : Yonatan Sagiv prend le temps de poser décors, ambiance et personnages. Mais le livre a beaucoup de charme et j’ai dévoré ses quasi 500 pages.

Une jolie surprise et un auteur à suivre ! 

Publié en Octobre 2019 aux éditions de l’Antilope, traduit par Jean-Luc Allouche, 474 pages.

7e lecture de la Rentrée Littéraire de Septembre 2019.

1 commentaire sur “Secret de Polichinelle – Yonatan Sagiv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *