209 rue Saint-Maur, Paris Xe – Ruth Zylberman

« 209, rue Saint-Maur, Paris Xe – Autobiographie d’un immeuble » est un document que Ruth Zylberman consacre, comme le titre l’indique, à un immeuble parisien qui a retenu son attention car un certain nombre d’enfants y habitant pendant la Seconde Guerre Mondiale ont été déportés, un drame qui fait écho à ce qu’il s’est passé dans sa propre famille.

L’autrice nous raconte cet immeuble via deux axes : d’abord son histoire globale, depuis sa construction vers 1850, avec son organisation, ses faits divers, ses anecdotes, et également un angle sociologique puisqu’il était autrefois peuplé de locataires, la plupart ouvriers, mais aussi de beaucoup d’immigrés, avant de connaître une certaine gentrification depuis une vingtaine d’années, et d’être aujourd’hui habité plutôt par des propriétaires, cadres supérieurs, qui ont réuni les logements exigus en grands appartements, voire en lofts. Mais l’autrice s’attache aussi à raconter ce qu’il s’y est passé durant la Seconde Guerre Mondiale, en s’attachant plus précisément aux enfants juifs, en essayant de retrouver des protagonistes encore vivants, ou leurs descendants.

Ruth Zylberman mène une véritable enquête, fouillant les archives, exhumant les documents de recensement, cherchant des témoins dans l’annuaire, ou via des forums internet. J’ai adoré la suivre dans cette activité trépidante, marquée par des coïncidences improbables. Si j’ai apprécié l’évocation de la Commune, ou encore de la Guerre de 14/18 –  le fait divers du mutilé de guerre qui a tué l’amant de sa femme m’a passionnée !  – ainsi que l’angle sociologique, c’est surtout le travail de l’autrice pour comprendre ce qu’il s’était passé dans l’immeuble pendant la guerre, et retrouver les témoins, qui m’a intéressée. Alors, il faut s’accrocher, car il y a une multitude de noms, et de destins, souvent très émouvants, car les personnes qu’elle retrouve sont des gens âgés qui pour la plupart ont vécu des drames – déportations, perte de leurs parents, de leurs frères et sœurs – , certains, élevés par des tiers, ignorant quasiment tout de leur passé.

Le livre est dense, on s’éparpille parfois un peu trop entre les différentes époques, la quantité de protagonistes, et ce n’est pas évident à suivre, mais c’est passionnant ! Ruth Zylberman a réalisé un documentaire, « Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, Paris Xe », diffusé sur Arte, qui, lui, se focalise sur les enfants juifs de l’immeuble. Je vous le conseille chaudement, c’est une très belle œuvre qui permet de mettre des visages sur ces enfants aujourd’hui octogénaires, qui se retrouvent tous dans la cour de l’immeuble, avec des passages qui mettent les larmes aux yeux. Je l’ai visionné après avoir lu le livre, et je vous conseille de le faire dans cet ordre, car le documentaire est un vrai bonus à l’ouvrage.

Un document foisonnant, mais passionnant, qui m’a énormément plu ! 

Publié en 2020 chez Seuil, 448 pages. 

Un document à retrouver dans l’épisode 113 de Bibliomaniacs ici.

11 commentaires sur “209 rue Saint-Maur, Paris Xe – Ruth Zylberman

  1. J ai vraiment envie de lire ce livre j ai lu des articles élogieux dans des articles de journaux et j ai vu des vidéos de cet écrivain sur YouTube tu as de la chance si tu as pu te procurer ce livre document j attends sa parution en poche en tout cas merci pour ta critique très enrichissante je n ai pas lu ce livre mais je comprends que c est un coup de cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *