La Carte des Mendelssohn – Diane Meur

3 coeurs
 .
Les Mendelssohn du titre, ce sont Moses Mendelssohn, philosophe et figure phrase du judaïsme allemand, et Felix Mendelssohn son petit-fils, compositeur. Diane Meur s’intéresse à ces deux personnages illustres, et s’interroge sur l’homme qui les lie : le fils de l’un et père de l’autre,  le banquier Abraham Mendelssohn Bartholdy. Lors de ses recherches, elle va se passionner pour la descendance de Moses Mendelssohn, leurs histoires, leurs ramifications, jusqu’à fabriquer un immense arbre généalogique qui indique la religion, l’activité, la nationalité de chacun avec un code couleur. « La Carte des Mendelssohn » de Diane Meur est le récit de cette obsession.

La démarche de Diane Meur nous fait découvrir la famille Mendelssohn : mi -biographie, mi-récit d’une expérience, « La Carte des Mendelssohn » est un livre qui mêle faits historiques et constations personnelles puisque Diane Meur décrit ses recherches, résume ses lectures, évoque ses rencontres avec des personnes clé, ses interactions avec ses amis et sa famille sur ce sujet, et ne cache pas non plus ses découragements et sa fatigue devant l’ampleur de la tâche, puisqu’elle étudie non seulement les personnages célèbres, mais aussi toutes les ramifications familiales sur 8 générations.
 .
L’expérience est très intéressante, surtout si on a le goût de la généalogie. J’ai appris beaucoup de choses sur Moses Mendelssohn, sa vie, son oeuvre, et notamment son impact sur le judaïsme allemand puisqu’il fut un traducteur majeur de la Torah en allemand et considéré comme le « troisième Moïse » après Moïse « de la Bible », et Moïse Maïmonide. « La Carte de Mendelssohn » met bien en lumière le désir d’assimilation de la famille à partir de la deuxième génération, et ses conversions en masse, vers le catholicisme ou le protestantisme. Il y a un vrai suivi des religions adoptées par les différentes générations dans ce livre, une démarche qui n’est pas anodine dans le cadre de cette famille allemande, car comme le rappelle Diane Meur, lorsque le Parti Nazi était au pouvoir, la religion des générations précédentes était déterminante pour déterminer le statut des contemporains : un arrière grand-parent juif en plus ou en moins pouvait menacer ou sauver la vie d’une personne.
 .
On sent que Diane Meur s’est passionnée pour son sujet, et puisqu’elle raconte sa démarche pas à pas, on est à côté d’elle lors des recherches et des découvertes, comme si l’expérience était réalisée en binôme. Il y a tellement de personnes sur lesquelles on a des informations qu’il y a forcément des bizarreries, des caractères particuliers, des anecdotes savoureuses, des faits divers sanglants. Au gré des unions, des changements de métier, la famille s’étend hors des frontières de l’Allemagne et on retrouve des descendants de Moses un peu partout dans le monde.
 .
Résultat de recherche d'images pour "diane meur"
Diane Meur
Malgré tout, même si la démarche est intéressante, et qu’on s’attache à Diane Meur, avec ses doutes, ses victoires, ses coups de blues, même si la vie des premières générations est passionnante puisqu’on parle d’Histoire, de philosophie, de coutumes, de religions, de musique et d’art en général, il y a tellement de personnages, de noms – certains similaires – d’histoires racontées, que l’on finit par s’y perdre. J’avoue que le récit a fini par me lasser et que j’ai lu pas mal de passages en diagonale car je n’en pouvais plus. Le ton est très vivant, très personnel, ce n’est pas du tout une biographie froide et figée puisqu’on suit le parcours de Diane Meur pour recueillir des données et démêler les fils généalogiques, on apprend énormément de choses très intéressantes mais au bout d’un moment je n’en pouvais plus et j’avais hâte que cela se termine, submergée par ce déluge de personnages et d’informations.
 .
« La Carte des Mendelssohn » de Diane Meur est un livre à la fois informatif et personnel non seulement sur huit générations d’une famille mais également sur une démarche généalogique et biographique. Malheureusement, même si j’ai appris beaucoup de choses très intéressantes sur Moses Mendelssohn, la lourdeur de la tâche entreprise par l’auteur et le nombre exponentiel de personnages et de données recueillies ont fini par me donner le tournis et casser mon enthousiasme, et j’ai fini ce récit en lisant en diagonale.
 .

Publié le 28 Août 2015 aux Editions Sabine Wespieser, 496 pages.25e participation au Challenge 1% Rentrée Littéraire 2015…

 

3 commentaires sur “La Carte des Mendelssohn – Diane Meur

  1. Bonjour Eva, je suis en train de le lire (j'en suis à la page 262) et j'adore. C'est vrai qu'il y a beaucoup de personnages, 765 descendants recensés mais tant pis si je m'y perds un peu. Un vrai bonheur de lecture. Bonne après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *