Après l’orage – Selva Almada

4 coeurs

Mes habitudes de lecture me portent plutôt vers des écrivains européens ou américains, et il me semble bien qu' »Après l’orage » de Selva Almada est le premier roman argentin que je lis. Ce sont les billets de Valérie et de Jérôme qui m’ont convaincue de lire ce livre, d’autant plus que l’Argentine était cette année le pays invité du Salon du Livre.

Dans un coin paumé d’Argentine, au beau milieu de nulle part, le Révérend Pearson et sa fille adolescente Leni tombent en panne de voiture. Ils sont recueillis par le garagiste Gringo et son jeune protégé Tapioca, lui aussi adolescent, et doivent cohabiter tant que la voiture n’est pas réparée, ce qui prend plus de temps que prévu. Le Révérend voit rapidement en Tapioca une âme pure qu’il estime destiné à la chrétienté, alors que Gringo l’a élevé sans religion. La tension monte, alors qu’un orage se prépare…
Selva Almada

J’ai été bluffée par la faculté de description de Selva Almada, dont c’est le premier roman. Je n’ai aucun mal à visualiser la poussière, le décor misérable et les protagonistes. J’avais l’impression en lisant ce livre d’assister à un mélange de film et de pièce de théâtre: film pour les qualités cinématographiques des descriptions et pièce de théâtre pour le côté « huit-clos » de ce livre à seulement quatre personnages, qui cohabitent dans ce garage exigu. Elle a également un don pour créer une atmosphère lourde, poisseuse, tendue, qui imprègne ce court récit, et qui m’a tenue en haleine jusqu’au bout. Le personnage du Révérend Pearsons, évangéliste qui parcourt le pays pour prêcher la bonne parole, est particulièrement développé et réussi, avec en flash-back la genèse de sa plongée dans ce monde religieux.

La fin m’a surprise, ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais, mais j’ai beaucoup apprécié cette lecture courte et intense, une belle surprise, qui sera d’ailleurs l’un des sujets de notre prochaine session de Bibliomaniacs, en ligne très prochainement…Publié le 6 mars 2014 aux Editions Métailié, traduit par Laura Alcoba, 133 pages.

10 commentaires sur “Après l’orage – Selva Almada

  1. Malgré tous les billets enthousiastes, il y a quelque chose qui me retient dans ce livre, probablement le côté huis-clos…mais je n'ai pas dit mon dernier mot.

    PS: c'est pénible ton captcha pour les comm, sans mes lunettes je me trompe à chaque fois….;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *