Un intérêt particulier pour les morts – Ann Granger

3 coeurs

J’avais repéré il y a quelques temps la jolie couverture d’ « Un intérêt particulier pour les morts » et avais noté ce titre original dans un coin de ma tête. Mais il y a tellement de livres à lire, et si peu de temps, que je n’avais pas encore pu découvrir ce roman. Heureusement, la Lecture Commune d’aujourd’hui consacrée à Ann Granger dans le cadre du Mois Anglais a été le bon prétexte pour enfin ouvrir ce livre!

En 1864, Lizzie Martin, jeune femme célibataire de trente ans, se retrouve sans ressources à la mort de son père médecin. Elle accepte donc l’offre de la veuve de son parrain, qui lui propose de devenir sa dame de compagnie à Londres. Lizzie débarque donc dans la capitale, pour découvrir que celle qui l’avait précédée au même poste, vient d’être retrouvée morte sur un chantier… Elle mène donc l’enquête en compagnie de l’inspecteur chargé du dossier, un jeune homme qu’elle avait croisé dans son enfance.
Résultat de recherche d'images pour "ann granger"
Ann Granger
Voici un roman policier de facture plutôt classique, racontée à deux voix par Lizzie et l’inspecteur Ben Ross. Rien de bien transcendant dans l’intrigue, ce n’est certainement pas un polar majeur ou très marquant, pourtant le charme a opéré sur moi en raison de la personnalité du personnage principal, Lizzie. Elevée par un père médecin et progressiste, elle est intelligente, cultivée, dynamique et n’a pas la langue dans sa poche. Surtout, le fait que son père ait été médecin l’a confrontée très tôt à la mort, et à la dureté et l’injustice de la vie en général. Ce n’est ni une midinette, ni une bas-bleu, dans ce Londres victorien où les traditions sont confrontées aux grands chantiers de modernisation, à l’évolution de la science et des modes de pensée, avec notamment la théorie de l’évolution, et à l’ascenseur social par les études, dont Ben Ross est un pur produit.
L’intrigue policière n’est pas le point fort du livre, il y a d’ailleurs quelques facilités et heureuses coïncidences qui affaiblissent un brin le côté plausible de l’histoire. Par contre, l’atmosphère de Londres et celle de la maison, avec les visiteurs et les domestiques, sont très bien maîtrisées, et le couple d’enquêteurs attachants font de cette lecture un plaisant moment.
C’est une lecture qui ne révolutionnera pas le genre policier, mais qui est agréable et légère. « Un intérêt particulier pour les morts » d’Ann Granger est le premier volume d’une série, dont les tomes 2 et 3 ont déjà été publiés en français : « La curiosité est un péché mortel » et « Un assassinat de qualité », toujours avec de très belles couvertures qui donnent envie, et que je lirai avec plaisir.
Publié le 20 Juin 2013 aux Editions 10/18, traduit par Delphine Rivet, 379 pages.

5 thoughts on “Un intérêt particulier pour les morts – Ann Granger

  1. Il faut que Jeanmi arrête il pollue tous les blogs, c'est vraiment pénible punaise.
    Sinon, ça ne me tente pas tellement le Granger, ce que tu dis sur la faiblesse de l'intrigue m'ennuie un peu honnêtement. Je ne suis pas sûre d'accrocher.

  2. @Galea : oui les commentaires intrusifs comme ça ne me donnent même pas envie de découvrir le roman ! En ce moment je lis pas mal de policiers et c'est rare que je teouve une intrigue bien ficelée..mais au moins là l'ambiance et les personnages sont bien construits

    @Brize : laisse toit tenter !:-)

    @ Tant qu'il y aura des livres : l'intrigue n'est pas extraordinaire mais elle n'est pas non plus plombante…le livre est une distraction de qualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *