Vert-de-Gris – Philip Kerr

.

3 coeurs
.

J’ai lu tous les policiers de Philip Kerr, sauf Hotel Adlon, et je trouve leur lecture agréable et divertissante, même si les intrigues ne sont pas toujours très fouillées. L’auteur n’écrit pas les romans dans l’ordre chronologique, mais on peut y suivre l’histoire de l’Allemagne de 1934 à 1954. Son héros récurrent, Bernie Gunther, est un inspecteur de la Kripo de Berlin. N’étant pas nazi, il perd son poste quand Hitler arrive au pouvoir, et devient détective privé. Lorsque la guerre éclate, ce vétéran de la Première Guerre Mondiale est incorporé dans la SS. Il va suivre le cours de l’Histoire, se retrouvant en France, sur le Front Est, puis plus tard en Amérique Latine. Philip Kerr mêle dans ses romans  fiction et personnages réels, notamment Heydrich et Artur Nebe, que l’on retrouve à plusieurs reprises dans la série.

.

J’ai trouvé Vert-de-Gris, qui vient d’être publié en poche, beaucoup plus profond et fouillé que les six autres romans que j’ai lus de cet auteur, notamment Prague Fatale, sorti cette année. L’intrigue, constituée de flash-backs entre 1934 et 1954, s’articule autour d’un communiste allemand ayant vraiment existé, Erich Mielke, qui deviendra un membre important de la Stasi. Si le roman est un peu trop foisonnant à mon goût, et que l’intrigue est parfois un peu difficile à suivre, il a le mérite d’aborder des thèmes qui ne sont pas souvent mis en avant dans les romans historiques, notamment les camps de détention français où étaient parqués dans des conditions déplorables des citoyens allemands de tout bord en 1939 et 1940 puis des opposants au régime nazi et des Juifs. Vert-de-Gris évoque également la détention des prisonniers allemands en Russie et leur rapatriement parfois près de dix ans après la fin de la guerre. Si la seconde guerre mondiale est une période qui a inspiré de très nombreux romans et films, il est plus rare d’appréhender cette époque du point de vue allemand, et c’est l’originalité de la série de Philip Kerr.
Vert-de-Gris permet également de combler certains blancs dans la biographie de Bernie Gunther puisque le fait que les différents romans, publiés dans un ordre non chronologique, laissent toujours planer des zones d’ombre dans le passé du policier/détective.
C’est donc un roman agréable à lire, avec un personnage attachant, et un récit très intéressant au niveau historique.

2 commentaires sur “Vert-de-Gris – Philip Kerr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *