Au fond de l’eau – Paula Hawkins

Comme beaucoup de lecteurs, j’ai découvert Paula Hawkins avec son premier roman « La fille du train ». Un livre qui a connu un énorme succès, et qui a été adapté dans la foulée au cinéma avec Emily Blunt.Un thriller que j’avais trouvé très accrocheur, très prometteur, même si j’avais été déçue par la fin, qui n’était à mes yeux pas à la hauteur du reste du roman. C’est donc avec joie que j’ai appris que la romancière publiait un second roman chez Sonatine : « Au fond de l’eau ».

Julia apprend le décès de sa sœur Nel, avec laquelle elle n’avait quasiment plus de contact. Celle-ci s’est noyée dans la rivière locale, connue pour être un lieu où plusieurs femmes, à travers les temps, se sont suicidées ou ont été tuées – un sujet sur lequel Nel était en train d’écrire un livre. Julia se rend donc sur les lieux de son enfance, pour s’occuper de la fille de Nel, Lena, une adolescente. Elle y apprend que Nel n’était pas la seule à s’être noyée dans la rivière – Katie, la meilleure amie de Lena, s’était suicidée au même endroit quelques semaines auparavant…

Quel plaisir de retrouver Paula Hawkins avec ce nouveau roman! Sans jeu de mots, j’ai plongé (dans) « Au fond de l’eau » que j’ai dévoré avec énormément de plaisir. L’auteure nous entraîne dans une petite ville où règnent de nombreux secrets, la plupart ayant un rapport, de près ou de loin, avec la rivière. On découvre toute une série de personnages, qui ont quasiment tous quelque chose à cacher, depuis quelques semaines voire même quelques décennies. Julia tente d’en savoir plus sur la mort de Nel : s’est-elle suicidée, ou a-t-elle été assassinée? Parallèlement, elle est confrontée aux souffrances de son passé, du temps où elle était une adolescente obèse, solitaire et moquée par tous, y compris par sa sœur.

J’ai adoré ce livre qui m’a tenue en haleine du début à la fin. Comme  Fred Vargas dans « Quand sort la recluse », Paula Hawkins explore le thème de la violence faite aux femmes,  symbolisée par la rivière. Le récit est raconté de façon chorale, par les protagonistes de l’intrigue contemporaine, mais nous ramène également à toutes les époques des événements ayant un lien avec l’histoire, vingt ans avant, trente ans avant, voire même 1920 et le XVIIe siècle, où une jeune fille accusée de sorcellerie pour avoir séduit un homme marié et père de famille avait été la première femme noyée dans cette rivière. (A l’époque on disait en effet que les sorcières étaient faites de bois et devaient par conséquent flotter sur l’eau)

Contrairement à « La fille du train » dont la fin m’avait semblé décevante, « Au fond de l’eau » maintient et la tension et une atmosphère sourde tout au long du récit. L’auteure a su créer des personnages féminins qui réussissent à être peu attachants mais néanmoins porteurs. Je suis vraiment très agréablement surprise par ce nouveau roman de Paula Hawkins que je trouve nettement supérieur à son précédent livre : je m’attendais à passer un bon moment, mais pas à ce point!

« Au fond de l’eau » de Paula Hawkins marque le retour réussi de l’auteure britannique qui a su relever avec brio le défi du second roman publié après un best-seller international. Le thriller de l’été!

Publié en Juin 2017 chez Sonatine, traduit par Corinne Daniellot et Pierre Szczeciner, 416 pages.

Ma huitième et dernière participation au Mois Anglais 2017, ravie de terminer sur une impression aussi positive!

25 commentaires sur “Au fond de l’eau – Paula Hawkins

    1. les deux livres sont très différents, donc même sans avoir aimé La fille du train, tu pourrais apprécier Au fond de l’eau…mais je comprends qu’après une mauvaise expérience avec un auteur, on n’a pas forcément envie de renouveler!

    1. moi je me méfie des romans qui avant même d’être sortis et sans que l’auteur ne soit connu, sont déjà annoncés comme des best-sellers, à grands roulements de tambour! je suis quasiment sûre d’être déçue! ça m’a fait le coup avec « Jeux de Miroirs »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *