La Sorcière – Camilla Läckberg

La Rentrée Littéraire de Septembre étant désormais finie, je me réjouissais de tenir à peu près mon programme de lecture lorsque boum! j’ai vu que le dixième volume de la série policière de Camilla Läckberg était sorti! Et bien sûr, il a fallu que je me précipite pour lire « La Sorcière »

En effet, si la série basée sur les enquêtes du couple policier/écrivain Patrick Hedström-Erica Falck avait connu un petit coup de mou il y a quelques années, l’auteure suédoise était revenue en force l’an dernier avec « Le Dompteur de Lions » qui m’avait beaucoup plu. J’ai donc commencé cette nouvelle lecture avec impatience et optimisme, et j’ai bien fait car j’ai trouvé que « La Sorcière » était un roman passionnant, je n’avais qu’une hâte dès que je posais mon livre, le reprendre pour avancer dans ma lecture.

On retrouve le fameux schéma narratif qui a fait le succès de Camilla Läckberg, avec deux histoires, l’une datant d’une trentaine d’années, l’autre, actuelle. Une fillette de quatre ans, Nea, disparait. Elle est retrouvée morte quelques heures après. Coïncidence? Trente ans plus tôt, une petite fille qui habitait dans la même ferme que Nea, Stella, avait été assassinée. Deux amies adolescentes, Marie et Helen, ses baby-sitters, avaient avoué le meurtre avant de se rétracter et de clamer leur innocence. Si Helen habite toujours dans les environs, avec son mari et son fils, Marie est devenue une actrice célèbre et – coïncidence? – elle est de retour dans la petite ville pour un tournage. En parallèle, Camilla Läckberg nous conte l’histoire d’une veuve de pêcheur au XVIIe siècle, Elin. Sans revenus après la mort de son mari, elle entre au service de sa soeur, qui a épousé un pasteur, en tant que servante…

J’ai dévoré « La Sorcière »! J’ai trouvé que non seulement l’intrigue était bien menée, mais aussi que l’auteure avait choisi un fil conducteur vraiment intéressant, celui de l’adolescence. Des adolescents victimes – de mauvais traitements, de harcèlement, d’agressions, de négligence – mais aussi des adolescents mauvais et capables du pire. Marie et Helen avaient treize ans quand elles ont avoué avoir tué la petite Stella. De nos jours, le fils d’Helen, Sam, et Jessie, la fille de Marie sont des adolescents malheureux, mal dans leur peau, harcelés et agressés à l’école. Et les adolescents locaux, Nils,Vendela et Basse, sont manipulateurs et violents. Camilla Läckberg a également placé l’intrigue dans un contexte qui fait écho à l’actualité puisque des réfugiés syriens sont installés dans la petite ville, ce qui provoque tout type de réaction au niveau local.

« La Sorcière » est vraiment un excellent cru, je suis ravie que Camilla Läckberg revienne en si bonne forme, et j’espère que les opus suivants seront du même acabit. Bien sûr il y a des références aux livres précédents, mais la vie des personnages récurrents, collègues et famille de Patrick et Erica, n’est pas liée à l’intrigue de « La Sorcière » donc ce roman peut être lu séparément sans que cela ne nuise à la compréhension du récit. Une lecture prenante, je n’ai pas vu passer les 700 pages!

Publié en Novembre 2017 chez Actes Sud, traduit par Rémi Cassaigne, 704 pages.

18 commentaires sur “La Sorcière – Camilla Läckberg

  1. J’ai lu tous ses livres et je SAVAIS que je n’allais pas pouvoir attendre pour lire celui-ci, même j’ai bien pensé que ça ferait une bonne idée de cadeau de Noël 😉

    Je suis dedans et j’adore, mais j’essaie de ne pas le lire trop vite, pour le savourer … ça m’est arrivé de relire un de ses premiers romans, j’avais tout oublié et je me suis à nouveau laissée emporter avec bonheur. Je ne lis pas beaucoup de polars, mais je ne rate pas un Camilla Läckberg !

  2. J’ai abandonné Camilla en cours de route, après quatre tomes. L’impression de toujours lire le même roman… Mais avec celui-ci, j’ai comme envie de m’y remettre! L’intrigue est alléchante et j’avoue être curieuse de prendre le pouls de la petite famille!

    1. pareil j’ai connu une lassitude, c’était effectivement toujours le même schéma : un cold case/une intrigue actuelle et quelques chapitres « historiques »…mais les deux derniers sont vraiment pas mal

  3. Ravie de lire ce billet positif car, en effet, je trouvais aussi que ces précédents (je n’ai pas lu l’avant-dernier) souffraient d’un coup de mou (agréables mais vraiment sans plus). Je lire celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *