Tigre, Tigre! – Margaux Fragoso

FRAGOSO
“Tigre, Tigre!” de Margaux Fragoso (traduit par Marie Darrieussecq) est le livre de 2012 qui m’a le plus marquée. C’est d’ailleurs la critique de ce récit que j’avais envoyée dans ma candidature pour faire partie du jury du Prix Littéraire de ELLE.
Je ne suis pas friande des témoignages d’enfants victimes, ni des histoires glauques, et j’avais un a priori négatif sur ce document.  J’ai donc mis du temps à le commencer, pour finalement le dévorer.
 .
“Tigre, Tigre” est un récit aussi dérangeant que fascinant. Margaux, 7 ans, rencontre Peter, 51 ans, à la piscine. Enfant précoce et délaissée par ses parents-un père cyclothymique et une mère dépressive- elle est tout de suite attirée par cet homme qui s’intéresse à elle, et sait si bien lui parler et s’occuper d’elle- d’ailleurs il est bien le seul. C’est le début d’une histoire destructrice qui durera 15 ans, jusqu’au suicide de Peter.
Car Peter est un pédophile. Mais pas seulement. Il est aussi un père pour Margaux, son (seul) ami, son amoureux, son fiancé. Et c’est toute l’ambivalence du récit, où rien n’est totalement noir ou totalement blanc, que déroule Margaux, d’une écriture évidente et fluide, sans pathos, sans misérabilisme, sans victimisation. Introduit dans la famille, adoré par la mère qui trouve en lui une oreille compréhensive, adoubé par le père pourtant méfiant à son égard, Peter devient le centre de la vie de Margaux, devient sa vie.
.
Margaux Fragoso

En complet décalage avec ses camarades du même âge, Margaux est une enfant puis une ado exclue, ce qui renforce encore ses liens avec Peter, avec qui la relation est jalouse et possessive des deux côtés. Tout le monde voit, personne ne comprend ou ne veut comprendre. Margaux elle-même n’arrive pas à quitter Peter, continuant à le fréquenter, à s’occuper de lui alors qu’elle est étudiante et qu’elle a une relation avec un jeune homme de son âge.

C’est finalement la mort de Peter qui la sauvera de l’auto-destruction et lui permettra de poser un regard lucide et analytique sur l’emprise qu’il a pu avoir sur elle durant quinze ans de sa vie.
 .
“Tigre, Tigre” est un livre dont je ne suis pas sortie indemne, et qui m’est resté longtemps dans la tête. J’ai été particulièrement touchée par l’absence de manichéisme de ce récit, et par une vraie réflexion sur les dangers que peuvent encourir les enfants précoces, qui se sentent en décalage avec leurs camarades du même âge et ont tendance à se tourner vers des personnes plus âgées, et peuvent donc être des proies faciles pour des adultes manipulateurs. Margaux Fragoso a un vrai talent d’écriture, et je me demande si elle publiera un jour un livre non autobiographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *