Plume Fantôme – Isabel Wolff

4 coeurs

Après avoir adoré « Un Amour Vintage », j’avais forcément envie de découvrir le nouveau roman d’Isabel Wolff, intitulé « Plume Fantôme », en espérant ne pas être déçue…Quand j’ai compris quel serait le schéma du livre, j’ai été assez énervée, mais le talent de l’auteur et l’originalité du thème ont  finalement pris le dessus et j’ai beaucoup aimé ce livre.

Souvenez-vous, dans « Un Amour Vintage », une jeune femme qui se reproche le décès de sa meilleure amie rencontre une vieille dame d’origine étrangère qui elle aussi doit vivre avec une culpabilité similaire suite à un événement ayant eu lieu pendant la Seconde Guerre Mondiale. Et bien, dans « Plume Fantôme », une jeune femme qui se reproche le décès de son *petit frère* rencontre une vieille dame d’origine étrangère qui elle aussi doit vivre avec une culpabilité similaire suite à un événement ayant eu lieu pendant la Seconde Guerre Mondiale. Oui, vous ne rêvez pas, seul « petit frère » a changé entre les deux résumés. J’ai donc grincé des dents devant cette facilité narrative, tout en décidant de quand même donner sa chance à ce livre. Et j’ai bien fait, car « Plume Fantôme » est quand même un roman prenant et intéressant.
Jenni est en anglais un ghost writer, c’est-à-dire un nègre, traduit ici en « plume fantôme » pour rester dans le joli et politiquement correct. Alors qu’elle est dans une passe difficile avec son compagnon car ils n’envisagent pas la vie de la même manière, une connaissance lui propose de rédiger les mémoires de sa mère, une vieille dame d’origine hollandaise. Jenni part donc à la rencontre de Klara, qui vit au bord de la mer, dans la même ville où s’est produit l’événement traumatique que Jenni n’arrive pas à surmonter. Klara lui raconte son enfance à Java, colonie néerlandaise, où elle vivait quand la Seconde Guerre Mondiale a éclaté. Lorsque les Japonais ont envahi l’île, les Européens ont été parqués dans des camps, où règnaient les maladies, la violence et la malnutrition, jusqu’en Août 1945 et la reddition du Japon suite à l’explosion des bombes atomiques.

« Plume Fantôme » est un roman très bien écrit et passionnant, même si j’ai trouvé qu’il était relativement cousu de fil blanc pour les parties consacrées à Jenni. En revanche, j’ai adoré l’histoire de Klara, qui a le mérite de mettre en avant un épisode de l’Histoire que les Européens connaissent souvent mal, la Seconde Guerre Mondiale en Asie, dans les pays envahis par les Japonais. Le récit de Klara est poignant et très vivant, et j’ai frémi devant les descriptions de l’internement de l’adolescente et de sa famille. Le roman a le mérite d’être très bien documenté et d’allier informations historiques , narration bien menée et accessible, et personnages attachants.Soyons clairs, je ne lirai pas une troisième fois un roman d’Isabel Wolff basé sur le même schéma, mais « Plume Fantôme »vaut vraiment le détour, le manque d’originalité de la structure étant compensé par l’originalité du point de vue historique. Un beau livre touchant écrit d’une jolie plume efficace.

Publié le 6 Mai 2015 aux Editions JC Lattes, traduit par Denyse Beaulieu, 380 pages.

2e participation au Challenge « A year in England »

challenge a year in england

7 thoughts on “Plume Fantôme – Isabel Wolff

  1. ah oui ! quelle facilité ! Reprendre le même schéma ?? étrange mais fort heureusement tu as pris du plaisir et comme toi je serais curieuse d'en apprendre plus des pays asiatiques envahis par les Japonais pendant la seconde guerre mondiale – je ne connais que le sort réservés aux prisonniers américains 😉

  2. @Electra : oui c'est dingue! je ne sais pas si dans sa bibliographie elle a déjà fait ça ou si c'était une première, mais j'ai halluciné au début…mais c'est vrai que ce thème de la guerre vu du côté des pays asiatiques est vraiment très intéressant

  3. Même étonnement : jamais vu ça. La partie sur la Seconde Guerre mondiale en Asie pourrait tout à fait m'intéresser, c'est le genre de biais que j'apprécie dans les romans avec de l'Histoire dedans.

  4. @Tiphanie: le roman vaut la peine d'être lu malgré ce décevant copié/collé de l'intrigue …
    @Tant qu'il y aura des livres: j'ai préféré Un Amour Vintage (peut être aussi parce que c'est le premier que j'ai lu) même si l'autre est plus intéressant au niveau historique
    @Titine : c'est effectivement le gros bémol du livre!
    @Sandrine : oui je sais que c'est le genre de romans que tu apprécies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *