Germania – Harald Gilbers

Pour changer un peu, voici un roman policier allemand : « Germania » d’Harald Gilbers. Si je lis moins d’enquêtes qu’avant, je suis friande de livres qui mêlent intrigue et contexte historique, et j’ai notamment lu avec plaisir la série « Bernie Gunther » du regretté Philip Kerr.

L’intrigue de « Germania » se déroule à Berlin à l’été 44 : plusieurs femmes sont retrouvées mortes et mutilées, victimes a priori d’un tueur en série. L’inspecteur SS en charge de l’enquête appelle à la rescousse Richard Oppenheimer, ancien commissaire démis de ses fonctions car il est juif. Marié à une femme non-juive, il a échappé jusque là à la déportation mais doit vivre dans une « maison juive ». L’enquête lui donne un sursis supplémentaire, mais il sait que la moindre erreur peut lui être fatale…

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman policier qui allie une intrigue bien ficelée à un contexte vraiment intéressant : les livres qui se déroulent durant la Seconde Guerre Mondiale sont légion, mais il y en a finalement peu qui se situent dans le Berlin des derniers mois du nazisme. Le personnage principal est également très original – un policier juif en 1944 à Berlin! – puisqu’il est à la fois reconnu pour ses compétences et persécuté en raison de ses origines.

Difficile de ne pas penser à Philip Kerr, qui évoquait notamment l’Hôpital juif de Berlin et les couples « mixtes » dans « Les Ombres de Katyn ». Certes, « Germania » se situe dans la même mouvance mais ce livre a son identité propre, et je l’ai trouvé très bien écrit. Les personnages secondaires sont travaillés, et j’ai particulièrement aimé la relation entre Richard Oppenheimer et sa femme Lisa.

« Germania » d’Harald Gilbers est le premier tome d’une série – j’ai également lu « Les Fils d’Odin », le second volume : j’ai trouvé l’intrigue moins convaincante mais j’ai retrouvé avec plaisir les personnages et l’atmosphère très réussie. Le troisième tome, « Derniers jours à Berlin » qui se situe en Avril 1945, vient de sortir en poche, et je le lirai sans faute. 

6 commentaires sur “Germania – Harald Gilbers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *