Les Assassins – RJ Ellory

J’avais lu à sa sortie « Seul le Silence »  et j’avais adoré ce livre. Puis j’ai lu d’autres romans également écrits par RJ Ellory qui m’ont beaucoup moins intéressée et j’ai finalement arrêté de suivre cet auteur. Mais les bonnes critiques des « Assassins » m’ont poussée à lire ce livre, ce que je n’ai pas regretté car j’ai adoré cet excellent page-turner!
.

En 1984, John Costello, un adolescent de seize ans a survécu à l’attaque d’un tueur en série, le Marteau de Dieu, mais pas sa petite amie. Devenu documentaliste dans un journal de New York, il relie quatre meurtres qui n’ont a priori rien à voir les uns avec les autres : tous sont des copies parfaites de meurtres commis par des serial killers célèbres, à leur date anniversaire. John Costello se lance alors à la poursuite de ce serial killer d’un genre particulier, aidé par une de ses collègues, Karen Langley et par un inspecteur de police du NYPD, Ray Irving.
 .
Afficher l'image d'origine
RJ Ellory
Autant ce roman est resté plusieurs mois dans ma PAL sans que j’aie vraiment envie de le lire, autant j’ai dévoré ce pavé en un week-end! Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas couchée plus tard pour avancer dans un livre, et que je n’avais pas repris ma lecture dès mon réveil le lendemain. La lecture des « Assassins » est très fluide, et surtout passionnante. Ce n’est pas la première histoire de serial killer que je lis, mais l’idée de départ est excellente puisque le serial killer de ce roman s’inspire de serial killers célèbres pour commettre sa série de crimes. Des serial killers qui ont réellement existé puisque RJ Ellory nous parle du Zodiaque (celui du film de David Fincher), John Wayne Gacy, Arthur Shawcross ou encore de l’affaire d’Amityville (qui a indirectement inspiré le film d’horreur).
 .
Paradoxalement « Les Assassins » est un page-turner plus pour son atmosphère que pour son intrigue. Il y a certes une enquête mais on ne peut pas dire qu’elle soit au centre du récit. ni vraiment trépidante. Pourtant la tension ne faiblit pas et le duo entre le mystérieux John Costello et l’inspecteur Ray Irving fonctionne très bien, même si j’ai trouvé que le personnage de la journaliste Karen était moins bien développé et incarné, comme s’il servait principalement à incorporer une caution féminine dans le récit.
 .
« Les Assassins » de RJ Ellory a donc été une excellente surprise, qui m’a réconciliée avec cet auteur. Celui-ci a réussi à renouveler le genre du roman de serial killer et ce livre laisse vraiment une empreinte marquante. Nul doute que vous aussi vous chercherez à vous renseigner sur certaines affaires criminelles après avoir refermé ce roman, notamment celle d’Amityville qui est extrêmement intrigante…
 .
Publié le 19 Août 2015 aux Editions Sonatine, traduit de l’anglais par Clément Baude, 570 pages.
 .
30e participation au Challenge 1% Rentrée Littéraire 2015 …et 5e % atteint
7e participation au Challenge A Year in England.
                                          Logo by Eliza

8 commentaires sur “Les Assassins – RJ Ellory

  1. Je n'arrive toujours pas à faire abstraction du fait divers concernant l'auteur et les mauvaises notes qu'il laissait aux concurrents. En même temps, je commence à me dire que peut-être donnait-il tout simplement son avis sur ces romans.

  2. @ Denis : c'est un bon cru!

    @ Valérie : encore mieux si tu l'as en VO 🙂 pour le fait divers, il me semblait qu'il notait (favorablement of course, et sous divers pseudos) ses propres livres?

    @ Marie : merci beaucoup de ta confiance, ça fait plaisir!

    @ Noukette : je l'ai adoré!

    @ Laure : merci pour m'avoir donné envie de le sortir de ma PAL du coup!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *