Deux pièces de théâtre : Le Horla et Le jeu de l’amour et du hasard

La semaine dernière, je suis allée deux fois au théâtre, et les deux fois pour voir une pièce « classique » – moi qui n’en lis jamais : « Le Horla », et « Le jeu de l’amour et du hasard ». Et je n’ai pas été déçue, car chacune dans leur style, ces pièces étaient une réussite – et j’ai eu un coup de cœur pour cette adaptation enjouée du « Jeu de l’amour et du hasard »!

Les deux pièces se jouaient au théâtre Michel, où j’avais déjà vu « La Peur » de Stefan Zweig, qui m’avait beaucoup plu, et qui d’ailleurs est toujours à l’affiche.

 horla

 « Le Horla » est l’adaptation théâtrale de la nouvelle de Maupassant publiée en 1887. Cette pièce a été créée en 2011, et est mise en scène par Slimane Kacioui. L’histoire étant racontée sous la forme d’un journal intime, le narrateur est donc seul en scène – pendant 1h20 – une très belle performance de Florent Aumaître.

En effet, l’acteur n’a pas un rôle facile : non seulement il porte entièrement la pièce sur ses épaules, mais il doit jouer un homme qui semble progressivement gagné par la folie. De plus, l’histoire est racontée sous la forme d’un journal intime, donc les entrées de journal s’égrènent les unes après les autres, ce qui peut être lassant pour le public, mais heureusement cela n’a pas été le cas ici, même si j’ai quand même trouvé la pièce un tout petit peu trop longue.

florent

Florent Aumaître nous entraîne dans la descente aux enfers d’un homme : le narrateur, qui séjourne dans sa maison de Normandie, est pris d’une forte fièvre. Cette fièvre ne passe pas, sauf lorsqu’il quitte sa maison, mais son état décline de nouveau dès qu’il revient chez lui. Il a l’impression que quelqu’un le tourmente lorsqu’il dort, puis remarque que l’eau disparaît de sa carafe pendant la nuit : est-ce lui qui est somnambule ou quelqu’un qui vit caché chez lui?

Pourtant il y a aussi des moments gais et drôles dans cette pièce, par exemple lorsque le narrateur séjourne à Paris et que sa cousine fait l’objet d’une expérience d’hypnose. Mais dès qu’il revient dans sa maison normande, les ennuis recommencent : de la vaisselle est cassée, des roses bougent toutes seules…le narrateur se demande s’il n’est pas devenu fou…ou serait-ce qu’un être invisible, venu de contrées lointaines, s’est installé dans sa maison et se joue de lui? Dans ce cas, comment se débarrasser de ce Horla?

J’ai depuis relu la nouvelle, et l’adaptation théâtrale est vraiment très fidèle au texte. Un bon moyen de redécouvrir cette histoire souvent étudiée au collège.

jeudelamour_michel

Puis je suis allée voir « Le jeu de l’amour et du hasard » de Marivaux…mais dans une mise en scène colorée et décalée! J’étais curieuse de voir ce que ça allait donner, et je n’ai pas été déçue, j’ai adoré cette adaptation vive, joyeuse, pétillante, un vrai bonbon! Bravo à la metteuse en scène Salomé Villiers, qui joue aussi le rôle de Silvia!

theatremichel-jeu3-1500x865

Le père de Silvia souhaite que sa fille épouse le fils d’un de ses amis, un jeune homme qu’elle n’a jamais vu. Celui-ci doit justement venir séjourner dans leur maison pour se présenter. Silvia est très réticente, mais son père lui promet que si Dorante ne lui plaît pas, elle ne sera pas obligée de l’épouser. Silvia décide alors d’échanger de rôle avec sa servante Lisette afin de pouvoir tester son potentiel fiancé. Mais ce qu’elle ne sait pas, contrairement à son père, c’est que Dorante a eu la même idée : lui aussi a échangé de rôle avec son valet Arlequin…

Photo : Karine Letellier

Les acteurs : Silvia et Lisette, Dorante et Arlequin ainsi le père et le frère de Silvia sont tous excellents. Leur jeu et les décors pimpants donnent un ton enlevé et souligne le côté comique de la pièce basée sur les rapports maître-valet et les quiproquos. Petite originalité: le mini-film qui introduit chacun des trois actes, une très bonne trouvaille!

Je n’ai pas vu le temps passer, j’ai passé un excellent moment, et j’ai quitté le théâtre Michel avec le sourire aux lèvres! Un coup de cœur!

Merci encore à Xavier pour sa double invitation! 

Théâtre Michel : 38 rue des Mathurins, Paris VIIIe

Le Horla : jusqu’au 6 mai – mardi et mercredi à 19h, séances supplémentaires en Mai

Le jeu de l’amour et du hasard: jusqu’au 6 mai – du jeudi au samedi à 21h, et samedi et dimanche à 16h15

4 thoughts on “Deux pièces de théâtre : Le Horla et Le jeu de l’amour et du hasard

  1. J’ai vu Le Horla avant-hier avec mon fils aîné ! Un peu plus et on s’y croisait !
    J’ai trouvé cette adaptation tout à fait réussie et le comédien incarne parfaitement cet homme gagné peu à peu par la folie. Celle-ci finit littéralement par se lire sur son visage. Une performance !

    1. ah ça aurait été drôle, j’y étais mardi soir de la semaine dernière! 🙂
      ton fils est en train de l’étudier à l’école?
      cet acteur est effectivement vraiment doué, le texte du monologue n’est pas évident, en plus il est long pour une pièce, et il passe par toutes les émotions, avec un visage très expressif…
      Je te conseille également la pièce de Marivaux, dans un genre très différent, c’est une réussite!

      1. Maupassant est effectivement au programme des 4°, même s’il n’étudie pas ce texte-là.
        Je note le Marivaux… Tu penses que ça pourrait plaire / intéresser des enfants (mon cadet ayant 9 ans – il était un peu jeune pour le Horla, mais en général, je les traîne tous les deux avec moi dans les sorties culturelles… du moins j’essaie !)

        1. oui le Horla est un peu trop ardu pour un enfant de 9 ans…il est peut-être également un peu jeune pour le Marivaux, mais la mise en scène est assez drôle, et puis c’est très enlevé, donc au moins il ne s’ennuiera pas…en tout cas, pour ton grand, c’est parfait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *