Wild – Cheryl Strayed

wild

J’ai entendu parler de « Wild » de Cheryl Strayed à la sortie de son adaptation cinématographique, avec Reese Whiterspoon dans le rôle principal, mais à l’époque les récits de randonnée en solitaire ne m’intéressaient absolument pas (même si j’avais adoré le film « Into the Wild »…). C’est en lisant « Promenons-nous dans les bois » de Bill Bryson sur son expérience du Sentier des Appalaches que j’ai eu envie de découvrir le récit de Cheryl Strayed sur l’autre grand parcours américain, le Pacific Crest Trail, et encore plus quand j’ai su que c’était l’un des livres préférés d’Electra!

Author-Cheryl-Strayed-on-trip-across-the-US
Cheryl Strayed et Monster

A l’âge de vingt-deux ans, Cheryl Strayed (elle a choisi ce nom de famille évocateur à la suite de son divorce – je ne savais pas qu’on pouvait changer aussi facilement de nom aux USA!) a perdu sa mère, dont elle était très proche. Celle-ci est décédée brutalement, d’un cancer foudroyant, alors qu’elle n’avait que quarante-cinq ans. Elle était le ciment d’une famille qui, après sa mort, s’est complètement disloquée : le beau-père de Cheryl a refait sa vie, son frère et sa sœur se sont également éloignés. Cheryl s’est retrouvée entraînée dans une spirale négative qui l’a complètement transformée en l’espace de quatre ans. Elle n’a jamais rendu son tout dernier essai à l’université, ce qui l’a empêchée d’être diplômée, elle s’est mise à tromper son mari à tour de bras ce qui a entraîné son divorce, puis elle a commencé une relation avec un homme instable et drogué, ce qui l’a conduite à se piquer également à l’héroïne. A vingt-six ans, c’est une femme qui enchaîne les échecs et qui se dégoûte lorsqu’elle tombe par hasard sur un livre sur le Pacific Crest Trail.

Le Pacific Crest Trail est un sentier de randonnée long de plus de 4000 km, qui va de la frontière mexicaine à la frontière canadienne, et qui traverse trois états : la Californie, l’Oregon et l’état de Washington. Alors qu’elle n’est pas du tout randonneuse, Cheryl décide de se lancer dans la portion californienne du sentier, soit un parcours de 1700 kilomètres. Nous sommes en 1995, Internet est balbutiant, il n’y a pas encore les blogs qui donnent informations et conseils pour bien se préparer, le matériel de randonnée n’est ni léger ni miniaturisé, et Cheryl ne peut compter que sur un livre et sur les vendeurs des magasins d’équipement pour se préparer. Elle se retrouve donc sur le sentier, avec ce qui seront ses deux plus grands tourments pendant son épopée de trois mois : un sac absolument énorme et trop lourd pour elle, qu’elle prénommera « Monster », et des chaussures de randonnée qui se révéleront à la longue trop petites – et qui lui causeront des maux de pieds épouvantables (hmmmm ces descriptions d’ongles de pied devenus noirs et qui tombent les uns après les autres!)

Cheryl ne veut pas changer, devenir une autre, mais redevenir qui elle était avant la mort de sa mère. Etre sur le Pacific Crest Trail l’éloigne des mauvaises fréquentations, lui fait prendre du recul. Elle se retrouve sur un sentier où les seules préoccupations sont des questions primaires : que manger, que boire, comment marcher sans avoir mal, où dormir…Même si l’effort physique est intense, et que le sentier n’est pas exempt de dangers – entre les animaux sauvages et les potentielles mauvaises rencontres pour une jeune femme seule – la randonnée met Cheryl dans les dispositions pour faire enfin le deuil de sa mère, pour lui pardonner, pour se pardonner aussi. En dépassant ses limites, en réussissant une épreuve difficile – et encore plus quand on est une femme seule et non entraînée – elle retrouve l’estime d’elle-même et brise les schémas négatifs dont elle n’arrivait pas réussi à se défaire pendant quatre ans. 

« Wild » est un récit passionnant, jamais monotone, et accrocheur grâce à la personnalité attachante de Cheryl. Celle-ci est sans concession pour elle-même, et nous emmène avec elle sur le chemin de sa renaissance. Le récit alterne les épisodes sur la vie passée de Cheryl, et ceux sur la randonnée, avec ses joies, ses peines, ses rencontres, ses lectures aussi, car Cheryl est une grande lectrice, comme sa mère. On ne peut qu’être admiratif devant les efforts physiques et moraux de l’auteure, pour sa volonté, pour son goût pour la solitude, pour sa débrouillardise aussi, pour contourner les passages impraticables à cause de la neige ou pour survivre avec seulement quelques dollars en poche.

« Wild » de Cheryl Strayed est une véritable histoire américaine, celle d’une jeune femme en perdition qui s’en sort grâce à sa volonté et à ses efforts physiques, mais sans tomber dans les clichés et sans être larmoyante. L’expérience de la randonnée sur le Pacific Crest Trail est absolument passionnante, et l’auteure, avec ses fêlures mais aussi sa culture et son éducation, est un personnage attachant, que l’on a plaisir à suivre dans ces grands espaces. 

Publié en 2014 chez 10/18, traduit par Anne Guitton, 504 pages.

22 thoughts on “Wild – Cheryl Strayed

  1. ahhhh génial ! j’avais trop peur en lisant ton billet que tu n’aies pas aimé ! mais si ! j’ai adoré ton billet car il me rappelle à quel point ce livre est formidable, porteur d’espoir mais comme tu dis – sans concessions et oui la douleur physique .. dur dur ! et puis en plus elle aime les livres et la poésie ! un livre qui montre notre faculté à survivre – à retrouver l’instinct – et puis un formidable message pour les femmes. Trop bien ! comme on dit en anglais, you made my day !

    1. j’ai aimé qu’elle montre qu’il est possible de se ressaisir et de reprendre sa vie en main, et qu’elle le fasse par un challenge où l’on n’attend pas les femmes seules et inexpérimentées – et puis qu’elle réussisse cette épreuve grâce à ce que lui a légué sa mère : l’optimisme, la littérature et la débrouillardise
      Merci de m’avoir donné envie de lire ce livre!

    1. c’est vraiment le livre de Bill Bryson sur le sentier des Appalaches qui m’a donné envie de découvrir ce livre, sinon je ne pense pas que je l’aurais lu tout de suite.

    1. non, ce n’est pas un journal – cela aurait été un peu monotone je pense. C’est un récit qui alterne, à la première personne, ce que Cheryl vit sur le chemin, et des moments de son passé. l’écriture est très fluide,et c’est passionnant, ça se lit vraiment tout seul.

  2. Il est dans ma PAL depuis une éternité… Quelle honte !
    Mais quand je vois que l’adaptation est de Jean-Marc Vallée avec Reese Witherspoon… Je ne suis pas encore remise de Big Little Lies par le même réalisateur (et avec la même actrice) donc il va falloir que je me sorte les doigts du c*l pour lire le livre ET voir le film !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *