La Faiseuse d’Anges – Camilla Läckberg

.

3 coeurs
.

Après avoir lu récemment le Gardien de Phare, de Camilla Läckberg, j’ai sorti de ma PAL d’été le tout dernier opus du même auteur, « La Faiseuse d’Anges », et huitième volume de la série Erica Falck- Patrick Hedström.

J’avais écrit dans mon précédent billet « Les intrigues de Camilla Läckberg, souvent situées autour de la ville de Fjällbacka mêlent habituellement un crime actuel avec une histoire du passé, tout en suivant l’évolution de la vie familiale du couple Erica- Patrick. », et je peux faire du copier/coller pour celui-ci car c’est encore une fois le cas, et l’auteur va encore plus loin car c’est un délit actuel lié à deux histoires du passé!
 .
En 1905, « La Faiseuse d’Anges » est arrêtée et décapitée avec son mari pour avoir tué plusieurs petits enfants placés chez elle. Sa propre petite fille Dagmar est alors placée en famille d’accueil.
 En 1974, sur une île où était installé un internat de garçons, le directeur de cette école et toute sa famille disparaît le jour de Pâques. Seule la petite dernière, Ebba, âgée de un an, est retrouvée. Trente ans plus tard, Ebba se réinstalle dans sa maison natale avec son mari. Quelques jours plus tard, elle échappe à un incendie volontaire. La police enquête et se repenche sur les mystérieuses disparitions de 1974.
.
Bizarrement, Camilla Läckberg a écrit deux livres à la suite où une famille installée sur une île disparaît sans explication. Comme les autres livres de la série, le récit est bien écrit, cela se lit facilement et avec plaisir. J’ai trouvé cependant que l’intrigue actuelle n’était pas très aboutie, j’ai eu l’impression que l’auteur avait besoin d’un prétexte pour que l’enquête de la disparition de 1974 soit réouverte et qu’elle ne savait pas trop comment gérer l’histoire, en compliquant inutilement le récit, et en se dispersant dans des intrigues secondaires qui n’étaient vraiment pas indispensables. L’intrigue principale est néanmoins bien ficelée, et le dénouement m’a surprise, je ne m’y attendais pas. La construction du roman et les ficelles sont un peu toujours les mêmes que dans les précédents livres de Camilla Läckberg, mais « La Faiseuse d’Anges » est un roman efficace et plaisant.
.
Publié le 4 Juin 2014 chez Actes Noirs, traduit par Lena Grumbach, 436 pages
;

2 commentaires sur “La Faiseuse d’Anges – Camilla Läckberg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *