Un Fond de Vérité – Zygmunt Miloszewski

5 coeurs

« Les Impliqués » de Zygmunt Miloszewski avait été une belle découverte dans le cadre du Prix ELLE 2014, et c’était le thriller qui m’avait le plus plu, même si Yeruldelgger avait finalement remporté les suffrages. J’ai donc été ravie d’apprendre que la suite des aventures du procureur Teodore Szacki venait d’être publiée.

Cette fois-ci, Teodore, qui est récemment divorcé, n’exerce plus à Varsovie mais dans une petite ville touristique, Sandomierz, où une grande partie de la population d’avant-guerre était juive. Son travail est beaucoup moins trépidant qu’à Varsovie – les dossiers sont rares, et la scène criminelle est tellement calme qu’un vol de téléphone portable mérite un article de journal. Mais au moment où Szacki commence à se demander s’il n’a pas fait une erreur en demandant sa mutation, un corps de femme est retrouvé devant l’ancienne synagogue, et le modus operandi du crime rappelle les accusations ancestrales proférées contre les Juifs…
Zygmunt Miloszewski

Après avoir exploré les affres du communisme dans « Les Impliqués », Miloszewski s’attaque maintenant à un autre point sombre de l’histoire polonaise, l’antisémitisme, et les croyances qui y étaient liées : on disait notamment que les Juifs kidnappaient les enfants pour les revendre ou saignaient les chrétiens pour boire leur sang… Dans cette petite ville où tout le monde se connait et où Teodore Szacki est encore un élément étranger, le procureur – entre deux liaisons, car monsieur a beaucoup de succès auprès de ces dames! – va être confronté à de vieilles affaires qui remontent à la surface et aux aspects les plus troubles de l’Histoire.

J’ai beaucoup apprécié ce roman policier, que je préfère même aux Impliqués. Comme dans beaucoup de thrillers, on n’échappe pas aux côtés « un peu tirés par les cheveux » de l’intrigue et à quelques épisodes qui compliquent inutilement le récit, mais l’ambiance de cette petite ville musée, l’atmosphère quasi gothique des bâtiments anciens, les facettes historique et généalogique du roman m’ont vraiment plu.
L’intrigue n’est pas du tout linéaire, mais très intelligemment construite, relativement complexe, avec fausses pistes et double lecture. D’ailleurs, bravo aux lecteurs qui devineront qui est le coupable… Zygmunt Miloszewski a très bien réussi à ancrer le récit dans la ville de Sandormiercz, son histoire, son architecture, et à mélanger l’intrigue actuelle avec les croyances ancestrales et le passé
Je suis  ravie de cette lecture, qui confirme le talent de l’auteur polonais. Vivement la suite! Mention spéciale au graphisme original des couvertures des éditions Mirobole, qui ont su trouver une vraie identité visuelle.
L’avis de Marjorie, une grande fan de l’auteur!
8e participation au Challenge Rentrée Hiver 2015 organisé par Valérie et hébergé par Laure de Micmelo.
                                                                    challenge rentrée d'hiver
Publié le 6 janvier 2015 aux Editions Mirobole, traduit par Kamil Barbarski, 472 pages.

7 commentaires sur “Un Fond de Vérité – Zygmunt Miloszewski

  1. Ah tiens!!! C'est vrai que les Impliqués était bien (quoique je n'aie jamais fait de billet dessus, mais MArjo l'a fait pour nous toutes), je note celui là du coup, j'aime le côté mutation de Téodore, même si clairement son divorce était quand même très prévisible. Bon une ville-musée, l'antisémitisme, un peu peu croyances d'un autre temps, écoute, je pense que ça peut s'envisager.

  2. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !! (tu as aimé, je suis contente). Oui moi je suis fan, et j'ai hâte de lire le 3e opus (même si ce sera le dernier avec Teodore 🙁

  3. @ Tant qu'il y aura des livres : je pense que je serais passée complètement à côté sans la sélection ELLE

    @ Marjorie : ah zut, il s'arrête à la trilogie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *