L’Arabe du Futur Tome 2 – Riad Sattouf

4 coeurs
Après avoir lu « L’Arabe du Futur » cet été, il était temps de retrouver le petit Riad Sattouf dans un deuxième volume, toujours en Syrie, au moment de la rentrée des classes…

 

J’ai trouvé ce deuxième volume plus adouci que le premier. Riad prend ses marques en Syrie et est moins surpris et parfois terrifié qu’il a pu l’être dans le tome 1. C’est l’occasion pour lui de découvrir l’école syrienne, où il va se faire des amis, et commencer à lire et à écrire l’Arabe, une langue qu’il trouve riche et passionnante et qu’il adore. On y rencontre d’ailleurs une institutrice assez improbable, vêtue d’un hijab accompagné d’une minijupe et d’escarpins, qui passe très rapidement du sourire aux coups de règle impitoyables sur les doigts.
Afficher l'image d'origine
Afficher l'image d'origine
Riad Sattouf

Riad fréquente à la fois les enfants du village dont la plupart sont très pauvres, arrivant sales à l’école et n’ayant pas les moyens de s’acheter un cartable, parfois victimes de l’ignorance de leurs parents comme le montre la visite chez le médecin, et les connaissances de son père, qui en tant que professeur, a accès à des cercles très favorisés. Riad se retrouve donc dans des maisons qui ressemblent à des palais – mais fissurés de partout, ou dans des hôtels de luxe, où les pères ont des Mercedes et des gardes du corps et les mères vêtues à la dernière mode occidentale parlent anglais en rêvant de Paris et ses Galeries Lafayette. Des contrastes saisissants  montrés en filigrane à travers les pérégrinations de Riad, tout comme l’endoctrinement antisémite dès le plus jeune âge, ou la main-mise sur la politique d’Al-Assad qui se doit d’obtenir 100% des voix aux élections présidentielles. Contrairement au premier tome, où on sentait l’appréhension et la condamnation de l’enfant, le deuxième tome montre des critiques plus nuancées : les vacances en France et une visite hallucinante dans un hypermarché mettent en avant les restrictions et le peu de choix qu’il y a en Syrie mais aussi la consommation à outrance qui règne en France à la même époque, où acheter n’est plus un besoin mais un loisir.

Afficher l'image d'origine
Le père apparaît plus sympathique que dans le premier tome, pas trop de blagues stupides ou de réflexions racistes à tout bout de champs, mais il y a toujours cette ambiguïté en lui, coincé entre un mode de vie occidental auquel il a pris goût, et son attachement aux valeurs et aux traditions qui l’ont façonné, notamment dans le cadre de sa famille. La mère, quant à elle, commence à franchement s’ennuyer en Syrie, et à se rebeller contre l’autorité du père et sa pingrerie, même si elle est mise en valeur lors des raouts dans la bonne société syrienne, puisqu’elle est française et est capable de s’entretenir en anglais avec ces dames. J’ai d’ailleurs été intriguée par la façon dont elle est perçue par le village syrien, sa condition d’étrangère aux longs cheveux blonds semblant lui faire échapper aux préceptes voulant que les femmes soient voilées et soumises à leur mari. La famille du père est moins présente que dans le premier volume, mais le drame épouvantable qui la secoue met en avant l’ambivalence du père et les dissensions entre la mère et lui. On sent que ce deuxième volume est un pont, une transition, et que le troisième volume sera l’occasion de bouleversements profonds et durables…
Afficher l'image d'origine

« L’Arabe du Futur tome 2 » de Riad Sattouf offre une image plus contrastée que le premier tome, et un portrait toujours intéressant de la Syrie des années 80 vue à travers les yeux d’un enfant à la double culture. A noter la visite de Palmyre, qui pince le cœur . J’attends avec impatience le troisième volume, qui, au vu de la fin du tome 2, s’annonce beaucoup plus mouvementé…

Publié le 11 Juin 2015 aux Editions Allary, 160 pages.

5 commentaires sur “L’Arabe du Futur Tome 2 – Riad Sattouf

  1. Tu m'apprends qu'il y a trois tomes de prévus… J'ai le premier sur le haut de ma PAL. Et suite à lecture de ton billet, c'est sans aucun doute que le deuxième suivra. Tout m'intéresse: l'histoire, le dessin, et le grand bien qu'on en dit!

  2. @ Marie-Claude : je ne le savais pas non plus jusqu'à ce que je vois le "à suivre" à la fin du tome 2…d'ailleurs il est possible qu'il y ait plus que 3 tomes, je ne sais pas…mais c'est effectivement un ouvrage de qualité, tant sur le plan du dessin que sur celui du contenu

  3. J'ai réservé les deux premiers tomes (enfin ma bibliothécaire car un bug informatique les faisait apparaitre comme non disponibles) et j'ai hâte de les lire – je savais qu'un 3ème tome était attendu (une itw de l'auteur) – je sais qu'Hélène n'a pas du tout aimé comme d'autres personnes et que certains, comme toi ou Jérôme,aiment beaucoup donc il est temps de se faire sa propre opinion 🙂

Répondre à Marie-Claude Rioux Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *