Une Prière pour Owen – John Irving

John Irving étant invité d’honneur du Festival America 2018, qui s’est tenu à Vincennes le week-end dernier, nous avons mis « Une Prière pour Owen » à l’affiche de l’émission de Septembre de notre podcast littéraire Bibliomaniacs. Contrairement à la très grande majorité des livres que je peux chroniquer sur ce blog, ce n’était pas une première lecture, mais la relecture d’un roman découvert à sa sortie, quand j’avais une dizaine d’années et que j’avais vraiment beaucoup aimé.

Je crois que c’est dans un « Femme Actuelle » que j’avais lu une critique enthousiaste, et un jour que je me promenais avec mes parents, j’ai vu la couverture si reconnaissable, avec ce mannequin en bois portant une robe rouge, et j’ai demandé à ma mère de me l’acheter. Je me souviens avoir dévoré ce livre, et l’avoir trouvé absolument génial! Mais qu’en est-il lorsque l’on relit ce livre, vingt ans après, avec un regard d’adulte?

« Une prière pour Owen » est l’histoire d’une amitié très forte entre deux garçons qui se rencontrent à l’école : Johnny et Owen. Johnny est un garçon plutôt tranquille qui vient d’une famille aisée, et qui est né d’une mère très séduisante et assez non-conventionnelle et d’un père inconnu. Quant à Owen, c’est un être vraiment particulier, en complet décalage avec les autres : il est tout petit, très léger (durant tout le récit je l’ai imaginé avec les traits de l’acteur principal du « Tambour » de Volker Schlöndorff) avec une voix vraiment spéciale, très stridente – d’ailleurs toutes ses interventions, et elles sont nombreuses!, sont écrites en majuscules dans les dialogues – et avec un pouvoir de conviction extrêmement fort.

Alors, oui, le livre fait 700 pages (je ne me souvenais pas qu’il était aussi gros!), il y a des passages qui sont beaucoup trop longs – j’ai trouvé la scène de la crèche absolument insupportable de longueur, je me suis noyée dedans! – , les parties qui se déroulent lorsque Johnny est adulte au Canada n’apportent pas grand chose au récit  et pourraient d’ailleurs être aisément sautées, le roman parle beaucoup trop de religion, et il y a quelques ratés, notamment la description d’une famille « white trash » qui est complètement caricaturale...donc oui, ce roman a des défauts, et il faut en être conscient, MAIS, si on fait fi de ces bémols, « Une Prière pour Owen » est un livre à côté duquel il ne faut surtout pas passer!

Le personnage d’Owen est absolument fabuleux, c’est vraiment un personnage marquant de la littérature américaine. L’histoire est un modèle de structure et d’inventivité, où toutes les pièces du puzzle se mettent en place à la fin du roman. La narration de John Irving est une vraie réussite, l’intrigue est très bien menée, on s’attache aux deux garçons, à leur amitié, mais aussi aux personnages secondaires, notamment les membres de la famille de Johnny. Il y a vraiment quelque chose de magique dans ce roman, dont certaines scènes – et le personnage d’Owen! – vous marqueront à vie.

Vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement « Une prière pour Owen » de John Irving, avec quelques petits avertissements afin que vous puissiez profiter au mieux de votre lecture.

Publié en 1995 aux éditions du Seuil, traduit par Michel Lebrun, disponible en poche chez Points, 699 pages.

  

14 commentaires sur “Une Prière pour Owen – John Irving

  1. Je l’ai acheté en anglais pour pouvoir le relire dans une édition à la couverture magnifique ! Mais je ne suis pas allée le voir au Festival – trop de monde ? j’ai préféré voir mes auteurs canadiens chouchous !

  2. Je l’ai plutôt aimé mais sans grand emballement non plus, je lui préfère de loin Garp en personnage un peu particulier ou encore Billy dans A moi seul bien des personnages.

Répondre à Sylire Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *