Comme une bête, Joy Sorman

Lire « La peau de l’ours » et tellement adorer que j’en ai fait ma première et unique pépite à ce jour du Challenge de Galéa m’a donné envie de relire le précédent roman de Joy Sorman, « Comme une bête », lu à sa sortie, donc avant que j’ouvre le blog, et que j’avais beaucoup aimé.

Et je suis ravie de dire que j’aime toujours énormément! Un peu comme Maylis de Kerangal qui écrit sur des constructions de pont ou des transplantations cardiaques, Joy Sorman choisit des sujets improbables, ici la boucherie, et les traite divinement bien, avec un effort particulier sur le style et les
descriptions
Joy Sorman

On suit dans « Comme une bête » le parcours de Pim sur plusieurs années, de ses débuts en apprenti boucher jusqu’à son établissement en tant que propriétaire d’une boucherie à Paris. Travail de la viande, visite des abattoirs, stage dans une ferme, gérance d’une boucherie…Pim passe par toutes les étapes de la chaîne qui transforme une vache en pièce de viande prête à être vendue au client. Le jeune boucher n’est bien sûr pas des plus normaux, lui qui se tatoue une côte de bœuf sur le corps, communique avec vaches et porcs, et a un amour charnel pour la viande. Et il ira jusqu’au bout de cette passion unique dont il a fait un métier…

Même si à la relecture, j’ai trouvé le style un peu moins abouti que dans « La peau de l’ours », j’ai adoré ce livre de la première à la dernière page. J’ai été épatée par le don de Joy Sorman à me passionner pour un sujet qui a priori ne m’intéresse pas particulièrement. Que ce soit les morceaux de viande, l’atmosphère de l’abattoir, la précision du travail du boucher, ou les relations de Pim, que ce soit avec les animaux ou avec ses petites amies, tout est magnifiquement rendu grâce à une maîtrise impeccable de la langue.
C’est une vraie réussite, et c’est le genre de roman qui donnerait envie à un végétarien de manger un bon gros steak!

8 commentaires sur “Comme une bête, Joy Sorman

  1. J'avais déjà été très impressionnée par le style de Joy Sorman dans ce roman-ci mais avec ce que tu dis, j'ai encore plus envie de me jeter sur "La peau de l'ours". Il me le faut absolument !! ^^

Répondre à Jérôme Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *