Métamorphoses – François Vallejo

.
1 coeurs
.
« Métamorphoses » de François Vallejo est un livre que j’ai lu dans le cadre du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points dont je suis jurée. Je n’avais encore jamais lu de romans de cet auteur, et j’étais intriguée par le thème très actuel de ce livre. Malheureusement, c’est une déception qui a été au rendez-vous.

« Métamorphoses », publié en 2012, nous raconte le choc vécu par Alix Thézé, une jeune restauratrice d’oeuvres d’art lorsqu’elle apprend par un ami que son demi-frère Alban s’est converti à l’islam. Rien ne prédisposait pourtant ce jeune homme, doctorant en chimie, à s’engager sur cette voie puisque le seul musulman qu’il fréquentait était un fêtard amateur de filles et d’alcool. Alix cherche à connaître les raisons de cette conversion, mais s’aperçoit vite que son frère a de drôles de fréquentations et s’apprête à partir en Afrique – si ses parents, propriétaires d’une agence de voyages, sont ravis de la soudaine disposition de leur fils à faire du tourisme, Alix se demande si Alban n’est pas impliqué dans un projet beaucoup plus dangereux qu’un simple séjour de vacances…
Résultat de recherche d'images pour "vallejo françois"
François Vallejo
Ce roman aborde le sujet des convertis, qui est un thème non seulement d’actualité, mais aussi très intéressant : pourquoi décide-t-on un jour de pratiquer une autre religion que celle de sa famille, de changer radicalement de mode de vie, d’entourage? Alban vient d’une famille sans histoires, de classe moyenne, il travaille sur sa thèse de chimie, et n’évolue pas dans un environnement où les musulmans sont fortement représentés. Seul un de ses amis l’est, et ce n’est clairement pas un musulman pratiquant. Alix est d’abord étonnée par le cheminement de son « demi », mais très vite lui reviennent en tête des souvenirs d’Alban et elle, adolescents, dans des parcs d’attraction : son frère voulait systématiquement et de façon obsessionnelle dépasser ses propres limites et versait facilement dans l’extrême. A-t-elle raison de s’inquiéter pour son frère lorsqu’elle s’imagine qu’il est impliqué dans une organisation terroriste, ou est-elle victime de paranoïa et de stigmatisation facile? Le fait qu’elle soit entourée de personnes qui semblent très bien connaître les faits et gestes de son frère, sans qu’elle  ne sache vraiment comment et pourquoi, n’aide pas à la tranquilliser.
 ….
Je n’ai pas du tout accroché à ce livre, malgré son sujet brûlant. J’avais tenté de le lire il y a deux mois, et je l’avais vite abandonné, n’arrivant pas à entrer dedans, mais comme il fallait vraiment que je le lise, dans le cadre du Prix, je lui ai donné une seconde chance…en vain. L’intrigue était pourtant porteuse, le thème également, mais je n’ai pas du tout été convaincue par le style et par la construction des personnages. Il n’y a pas de dialogues, et l’ensemble m’a semblé froid et plat, me tenant à distance. Je ne me suis attachée à aucun des personnages, même Alix, qui est pourtant le personnage principal et la narratrice du roman – difficile d’apprécier un roman quand on n’est pas convaincu par celui qui le raconte… j’ai trouvé cette lecture fastidieuse, non pas parce que le livre était compliqué à suivre ou à comprendre, mais parce que j’y étais complètement hermétique, et j’ai fini le livre aux forceps, en me moquant éperdument de ce qu’il pourrait bien arriver à Alban, ou des parallèles entre conversion religieuse et passage de l’art contemporain à la restauration de fresques médiévales en art.
 …..
« Métamorphoses » de François Vallejo est donc une rencontre ratée, de celles qui, lorsque l’on termine enfin le roman, font soupirer en pensant au livre passionnant que l’on aurait pu lire pendant ce temps… Il n’était clairement pas pour moi et c’est toujours le risque lorsque l’on est jurée d’un prix littéraire, que ce soit celui de Points ou le prix ELLE, tomber sur un roman auquel on n’accroche absolument pas, et devoir se forcer à le terminer par « conscience professionnelle »…
 ….
Publié le 23 août 2012 aux éditions Viviane Hamy, disponible en poche chez Points

15 thoughts on “Métamorphoses – François Vallejo

  1. En premier lieu : un super billet ! car quand on n'aime pas un livre, il faut pouvoir dire pourquoi et quand tu parles d'y être hermétique, tu me rappelles certaines lectures fastidieuses et puis oui on se dit pourqu'on pourrait être en train de lire un livre nettement meilleur ! Pour l'histoire de jurée, je vais connaître la même aventrue, j'espère ne pas croiser de livres qui ne me donnent pas envie et qui deviennent une tâche fastidieuse ! Bon là je lis un livre pour le mois anglais et je m'arrache un peu les cheveux, hâte de passer au suivant ! tu as été courageuse en tout cas !

  2. En ce qui me concerne, je n'ai lu qu'un seul roman de Vallejo, Fleur et sang. Comme toi, j'avais trouvé ça assez froid, si mes souvenirs sont bons. Ce n'était pas un mauvais livre et c'était plutôt bien écrit, mais il me semble qu'un peu comme toi j'étais restée à distance…

  3. J'ai lu un roman de l'auteur qui ne m'a pas emballée non plus. Mais je pense que je renouvellerai l'expérience car il compte quelques lecteurs assidus qui ont su me convaincre.

  4. @ Mior : j'ai l'impression que c'est son plus connu, je pense que je le lirai donc.

    @ Jérôme : tu verrais la mienne…et pourtant j'en achète encore et encore…

    @ Sandrine: oui il a l'air d'avoir un certain nombre d'aficionados…

  5. @ Electra : déjà en temps ordinaire je n'aime pas abandonner un livre donc quand c'est pour un prix (ELLE ou ici Points) je ne m'autorise pas à le faire…j'espère que tu auras de bons polars dans ta sélection !

    @ Marie-Claude : ce sujet est effectivement rarement traité en littérature, c'est pourquoi j'étais vraiment curieuse de le lire…mais malheureusement le sujet ne fait pas tout

    @ Delphine : je réessayerai avec Ouest, conseillé par Mior…

    @ Clara : le livre grand format avait été publié à l'origine par Viviane Hamy…mais Ouest avait plus été mis en avant

  6. Je ne suis pas emballée non plus même si j'ai plutôt aimé le début mais pas du tout la seconde moitié. J'avais de loin préféré les soeurs Brelan de cet auteur, même si ça se relâche aussi dans la seconde moitié.

  7. oui ! je vois que tu as Cécile Coulon, j'avais attendu beaucoup de ce roman, mais le style m'avait plu – c'est le personnage, bref je n'en dis pas plus, hâte de lire ta chronique !!

  8. @ Electra : j'ai fini le Cécile Coulon hier soir, mon billet sera en ligne semaine prochaine

    @ Valérie : je viens de finir "Le coeur du pélican" qui m'a nettement plus plu, et là je suis dans "Passent les heures" et pour le moment j'aime beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *