Les doutes d’Avraham – Dror Mishani

avraham

4 coeurs

« Les Doutes d’Avraham » est le troisième roman de Dror Mishani que je lis. Il fait partie d’une série policière mettant en scène le commissaire Avraham Avraham : si j’avais adoré le premier tome, « Un disparition inquiétante », j’avais été nettement plus mitigée à la lecture du second, « La violence en embuscade »

Le commissaire Avraham est tout sauf un cow-boy. Assez lent, doutant souvent de lui-même, pas toujours très attentif à son environnement, il se laisse aussi souvent submerger par ses émotions, notamment l’empathie pour les victimes et un fort sentiment de culpabilité lorsqu’il fait des erreurs dans le cadre de ses enquêtes. Dans ce troisième tome, sa vie personnelle, jusque là très calme, est bouleversée par l’arrivée en Israël de sa petite amie Marienka qu’il avait rencontrée lors d’un déplacement professionnel en Belgique. Celle-ci a tout quitté pour le rejoindre, ce qui n’est pas du tout du goût des parents de la jeune femme. Parallèlement, Avraham enquête sur le meurtre d’une sexagénaire, Léa Jäguer, retrouvée assassinée chez elle. Il connaissait la victime car elle avait subi un viol quelques années plus tôt. On fait également la connaissance de Maly, jeune mère de famille dont le mari, Koby, se comporte de plus en plus étrangement. Au chômage, il ne cherche plus d’emploi, agit bizarrement, est de plus en plus replié sur lui-même et semble la proie d’une grande inquiétude. Maly ne sait plus comment réagir avec Koby, et ne lui a pas encore annoncé qu’elle est enceinte de leur troisième enfant.

mishani
Dror Mishani

Je suis bien contente de retrouver Dror Mishani en bonne forme pour ce 3e opus! « Les doutes d’Avraham » est en effet un livre passionnant, qui trouve le bon équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle du commissaire. Celui-ci est d’ailleurs poussé dans ses retranchements sur ces deux plans. L’intrigue semble plutôt réaliste : le commissaire part sur de fausses pistes, l’enquête patine, prend du temps…On plonge également dans le quotidien familial de Maly, qui se désespère du comportement de son mari – un époux de plus en plus absent, et pas seulement physiquement, qui est très agité et refuse de lui confier quels sont ses problèmes. Les doutes et les inquiétudes de la jeune femme sont très bien rendus, ainsi que la tension qui règne dans son foyer. L’histoire est plutôt originale – difficile d’en dire plus sans éventer le suspense. L’angle choisi par Dror Mishani est celui du couple, que ce soit celui d’Avraham et Marienka ou celui de Koby et Maly : problèmes de communication, inquiétudes, difficulté à envisager l’avenir ensemble et à s’épauler…Les deux histoires s’entremêlent de façon harmonieuse, sans baisse de régime.

Après une « Violence en embuscade » décevante, j’avais peur d’être de nouveau mitigée à la lecture des « Doutes d’Avraham » mais il n’en est rien. Si ce livre n’atteint pas la qualité du premier tome, il est néanmoins de très bonne facture. J’ai été ravie de retrouver le commissaire Avraham, avec ses failles et ses doutes, qui découvre la vie commune avec une femme qui a tout quitté pour lui…Un enquêteur terriblement humain, le véritable atout de cette série policière. Vivement le prochain tome!

Publié en Octobre 2016 chez Seuil, traduit par Laurence Sendrowicz, 288 pages.

22e lecture de la Rentrée Littéraire 2016

challenge

8 commentaires sur “Les doutes d’Avraham – Dror Mishani

  1. et bah écoute, tu piques ma curiosité. Pour être honnête, je n’avais pas du tout été emballée par son 1e opus (si e n’est la fin qui m’a vraiment surprise). Si tu mets 4 cœurs à ce 3e opus, je vais reconsidérer la question. D’ailleurs, as-tu lu du Liad Shoham (dans le même genre ?)

  2. Ah ravie de voir que tu as aimé ! J’attends de le réserver à la BM !!! Sais-tu que Marie-Claude l’a abandonné (comme le second) ?
    J’avais bien aimé le deuxième mais préféré le premier et tu me dis que celui-ci est de nouveau tip-top 😉 Merciii

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *