Trois saisons d’orage – Cécile Coulon

3 saisons

L’an dernier, j’avais découvert Cécile Coulon grâce au Prix du Meilleur Roman des Lecteurs de Points avec « Le Coeur du Pélican », que j’avais beaucoup apprécié. L’auteure revient en 2017 avec son nouveau roman « Trois saisons d’orage », qui a été pour moi une heureuse surprise, car la plume de Cécile Coulon a encore gagné en maturité!

Dans « Trois saisons d’orage », c’est l’histoire d’une famille que nous raconte l’auteure, mais aussi l’histoire d’un lieu : celle d’un village isolé, les Fontaines, qui s’est développé grâce à sa carrière de pierre et au paternalisme des patrons de cette carrière. André, médecin, peu après la Seconde Guerre Mondiale, se voit proposer d’y ouvrir un cabinet, pour soigner les travailleurs de la carrière, « les fourmis blanches », et leur famille. Quelques années plus tard, il découvre qu’il a un fils, Benedict, né d’une nuit sans lendemain. Celui-ci vient vivre avec lui aux Fontaines, et devient également médecin. Il se marie avec Agnès, qu’il a connu pendant ses études, qui s’installe donc également au village, où naît leur fille Bérangère. Au lycée, la jeune fille commence à sortir avec Valère, le fils d’agriculteurs locaux…

cécile coulon
Cécile Coulon

Ça pourrait ressembler à un feuilleton terroir de France 3, mais heureusement « Trois saisons d’orage » est bien plus que cela! J’ai été happée par ce récit totalement addictif, que je ne voulais plus lâcher! Si j’avais aimé « Le coeur du pélican », j’avais quand même senti les rouages derrière la fiction, ce que je n’ai pas du tout retrouvé dans ce nouveau roman : l’écriture est fluide, évidente et j’ai totalement accepté ce que Cécile Coulon proposait dans ce livre. L’histoire se met en place calmement, tout comme la vie est simple et calme dans ce petit village, ce microcosme qui semble complètement coupé du monde et intemporel. Il n’y a pas de gros rebondissements, de personnalités trop fortes, les personnages principaux, qui viennent tous de l’extérieur du village, s’intègrent assez facilement aux Fontaines – André par son travail, Bénedict par sa filiation, Agnès par son mariage – et la vie suit son cours.

Pourtant, on sent de façon latente qu’une tragédie va se produire, que ce calme, cette intégration ne sont pas éternels. Mais ce n’est que dans la deuxième partie du livre que le mécanisme se met lentement mais sûrement en place. C’est là aussi que les personnages se dévoilent, montrent de quoi ils sont faits, et quels sont leurs sentiments derrière la façade de leur rôle dans leur famille ou dans le village.

L’écriture de Cécile Coulon est parfaitement adaptée aux personnages, à l’atmosphère de ce lieu reculé, et au drame qui gronde. Les Fontaines sont traitées comme un lieu sauvage qui a été apprivoisé, mais pas totalement domestiqué : malheur à ceux qui ne sont pas des natifs et qui auront transgressé les règles ancestrales…Une très belle scène, impliquant le jeune curé du village, rappelle aussi l’importance de la parole qui soulage et qui permet d’expulser le mal avant qu’il ne nous ronge…

« Trois saisons d’orage » de Cécile Coulon est une très belle surprise, un roman addictif qui nous accroche et nous emporte jusqu’au village reculé des Fontaines…A découvrir!

Publié en Janvier 2017 chez Viviane Hamy, 272 pages.

19e lecture de la Rentrée Littéraire de Janvier 2017.

logo-rentree-janvier

21 commentaires pour “Trois saisons d’orage – Cécile Coulon

    1. elle a vraiment gagné en maturité et en qualité de plume depuis Le coeur du pélican, que j’avais aussi beaucoup aimé, mais j’ai préféré celui-ci…

  1. A part quelques réserves comme on en a discuté, je suis d’accord avec toi et je me souviens très nettement de cette histoire ! Je sens que je m’en souviendrai assez longtemps d’ailleurs. Les figures sont très fortes et au final ce qui m’a gênée sur le moment pourrait aussi être ce qui fait que le livre est marquant sur la durée ?

  2. Je dois être une des seules à ne pas avoir aime (mais alors, pas du tout !), je me suis proprement ennuyée ! Et pour tout dire, ce livre est déjà oublié alors qu’en effet, la plume est belle…

    1. les deux romans sont très différents, et j’ai préféré Trois saisons d’orage, mais Le coeur du pélican est déjà une bonne introduction à son oeuvre 🙂

  3. Bonjour Eva, je découvre ton blog 🙂
    J’ai beaucoup envie de lire ce roman, après avoir entendu l’auteure dans La grande librairie. J’aime particulièrement les thèmes ruraux, quelle audace pour une si jeune femme d’écrire là-dessus, je suis très curieuse ! Et tu me donnes encore plus envie de m’y plonger 😉

    1. Bonjour Corentine, merci de t’être arrêtée sur mon blog 🙂 oui, Cécile Coulon n’hésite pas à sortir des sentiers battus et à écrire sur des thèmes originaux et/ou qui ne se nourrissent pas de son expérience personnelle… je suis sûre que tu vas beaucoup aimer ce roman!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *