L’Ile des Chasseurs d’Oiseaux – Peter May

Cela faisait un certain temps que j’avais envie de découvrir la trilogie écossaise de Peter May, et j’ai enfin eu l’opportunité de sortir de ma PAL son premier tome, « L’Ile des Chasseurs d’Oiseaux »!

Fin MacLeod est inspecteur de police à Édimbourg. Il revient au commissariat après un mois d’absence suite à un drame : son petit garçon est décédé, renversé par un chauffard. Son supérieur lui annonce qu’il va être envoyé sur l’île de Lewis pour les besoins d’une enquête : en effet, un homme y a été tué selon le même mode opératoire que dans l’affaire sur laquelle Fin travaillait avant son congé, et les deux meurtres sont peut-être liés. Fin se rend donc dans cette île, qui est en fait son île natale, sur laquelle il a passé les dix-huit premières années de sa vie. Il y retrouve un certain nombre de personnes qu’il a côtoyées durant sa jeunesse, et notamment son meilleur ami de l’époque et son premier amour…

Quel plaisir de lire un roman policier de cette qualité ! J’ai adoré l’histoire, l’atmosphère et les personnages de ce livre ! Me retrouver sur une île écossaise m’a rappelé « L’Écart » d’Amy Liptrot, un de mes coups de cœur de 2018. Plus qu’un « simple » roman policier, Peter May a réussi à écrire un véritable roman d’ambiance, avec des scènes marquantes, et j’ai vraiment apprécié ses descriptions de l’île isolée, avec sa langue gaélique, ses personnages, ses traditions…

Des flash-backs nous permettent de découvrir la jeunesse de Finn : il n’est pas toujours évident de trouver le bon équilibre entre passé des protagonistes et histoire actuelle, mais l’auteur s’en tire admirablement bien. Quant à l’intrigue, certains éléments ont pu me sembler un peu tirés par les cheveux, mais elle est cependant très bien ficelée et j’ai complètement adhéré à ce que proposait Peter May.

J’avais eu des échos très positifs au sujet de « L’ïle des Chasseurs d’Oiseaux », et j’avais donc placé la barre assez haut, mais je n’ai pas été déçue, bien au contraire ! Cela fait du bien de lire un polar de ce niveau, qui donne envie de découvrir au plus vite les deux tomes suivants! A lire d’urgence si ce n’est pas déjà fait!

Publié en 2009 aux éditions du Rouergue, en poche chez Babel Noir, traduit par Jean-René Dastugue, 424 pages.

Retrouvez nos avis (enthousiastes) dans l’épisode 56 de notre podcast littéraire Bibliomaniacs ici.

16 commentaires sur “L’Ile des Chasseurs d’Oiseaux – Peter May

    1. tout le monde me dit « il faut que je lise la suite » 😀 j’aimerais bien connaître le taux de transformation entre la lecture du 1er tome et la lecture de la trilogie entière 😀

  1. Et pour en reprendre un peu encore, après cette très bonne trilogie, vous pourrez vous attaquer au dernier paru en France, Je te protègerai , qui nous introduit dans le monde très fermé du tissage du fameux Harris tweed, retour aux îles Hébrides…
    Sinon, pour changer de continent son roman L’ile Du serment se déroule dans un archipel à l’embouchure du Saint-Laurent, île peuplée de descendants d’émigrés écossais…
    Allez, la veine n’est pas tarie 🤗

  2. J’ai (bêtement !) commencé la trilogie par « L’homme de Lewis », persuadée que c’était le 1er…j’ai bcp aimé ! il faut juste que je trouve le temps de lire cet opus et le n°3 ! C’est en tout cas bien meilleur que les aventures d’ENZO Mc Leod (son fils ?) dans les dernières parutions (« L’ïle aux quatre tombeaux » et « Terreur dans les vignes » entre autres..)

    1. ah c’est étrange, ces personnages avec le même nom – je ne sais pas s’ils sont de la même famille, ou si c’est juste un nom écossais très répandu 😀
      hâte de découvrir les deux derniers tomes !

  3. Moi j’ai lu les trois ! 🙂
    C’est vraiment très très bien et j’avoue que je n’ai pas trouvé le même plaisir dans ses autres romans même si j’en ai aimé certains. Son dernier m’a plutôt déçue. Alors, je t’encourage à poursuivre dans ta lecture de la trilogie 🙂

  4. Excellent roman qui devrait plaire même à ceux qui n’aiment pas les livres policiers car ici, pas d’ambiance de commissariat, pas d’indics, pas de planques : l’intrigue sert de base pour faire parcourir au protagoniste l’île de son enfance , faire remonter ses souvenirs, évoquer les traditions, la vie rude qu’on mène à LEWIS sous la pluie, les bourrasques, les tempêtes …C’est une vraie découverte de l’Ecosse insulaire .
    Le 2e opus, L’HOMME DE LEWIS est aussi bon que le premier .Et me voilà déjà plongée dans le 3e : LE BRACONNIER DU LAC …
    Merci à toi de m’avoir fait connaître TRILOGIE ÉCOSSAISE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *