La fille d’avant – JP Delaney

« La fille d’avant » de JP Delaney est un thriller qui a fait l’objet d’une forte couverture médiatique, ce qui a un double effet : attirer l’attention sur ce livre, mais aussi créer de fortes attentes. C’est ce qui avait d’ailleurs provoqué ma déception pour « Jeux de Miroirs »

Au début du récit, on fait la connaissance, de façon parallèle, avec d’un côté Emma et Simon, et de l’autre Jane. Emma et Simon sont un jeune couple qui cherche un nouvel appartement à louer à Londres, Emma souhaitant quitter leur actuel logement après y avoir été violemment agressée. Jane a quant à elle changé de vie après avoir accouché d’un enfant mort-né, et est donc à la recherche d’un appartement au loyer adapté à la baisse de ses revenus. Ces locataires se voient chacun proposer par leur agent immobilier un curieux contrat : habiter un superbe appartement design contre un loyer modique à la condition de respecter toute une série de règles strictes. Au bout de quelques pages, on comprend que Jane est la nouvelle locataire, qui a succédé à Emma et Simon. Peu de temps après son arrivée dans les lieux, elle apprend qu’Emma a été retrouvée morte au pied de l’escalier du duplex : meurtre, accident ou suicide?

AVT_JP-Delaney_3155Le récit est composé de courts chapitres alternant entre la période où Emma habitait dans l’appartement, et la période actuelle, quand Jane est la locataire. Jane entame rapidement une liaison avec Edward, le propriétaire des lieux, également architecte de l’appartement. Celui-ci l’avait créé pour y loger avec sa femme et son fils, mais n’avait plus souhaité y habiter après le décès accidentel de ces derniers. Jane est obsédée par la mort d’Emma et cherche à découvrir ce qui lui est arrivé, et encore plus quand elle apprend qu’Edward avait également eu une relation avec elle après sa rupture avec Simon…Le lecteur découvre également à la faveur des chapitres consacrées à Emma que les apparences étaient trompeuses et que celle-ci était beaucoup plus sombre et manipulatrice qu’elle voulait bien le laisser croire…

« La fille d’avant » est un roman qui se lit vite et bien. Je l’ai terminé très rapidement car l’écriture est fluide, et l’alternance de chapitres courts donne un rythme rapide au récit. C’est un thriller efficace, avec du suspense, que je n’ai pas eu envie de lâcher avant de connaître la fin. En effet, je voulais vraiment savoir ce qui était réellement arrivé à Emma, et si Jane était en danger ou pas.  L’appartement, froid, minimaliste, hygiénique, très high-tech, distille une impression d’enfermement et de menace tout au long du récit. En fait, « La fille d’avant » m’a fait penser à un mélange de plusieurs livres à succès : « La fille du train » (la femme qui souhaite savoir ce qu’il est arrivé à une autre femme qu’elle ne connait pas), « Les apparences » (la femme manipulatrice qui n’est pas celle que l’on croit), « La maison des absents » (pour une raison que je vous laisse découvrir) et même… »Cinquante nuances de Grey » (!) pour la personnalité particulière d’Edward…

Même si j’ai lu « La fille d’avant » de JP Delaney avec plaisir, j’ai néanmoins plusieurs bémols : je n’ai pas vraiment adhéré au personnage d’Edward, ténébreux control freak avec des côtés SM, qui m’a semble être un brin carton pâte. Quelques éléments clés du récit m’ont également semblé peu plausibles ou cohérents … « La fille d’avant » est donc un bon livre de divertissement, plaisant et efficace, mais qui ne m’a pas totalement convaincue, même si j’ai passé un bon moment de lecture avec lui. A voir si l’adaptation cinématographique qui est en cours, réalisée par Ron Howard, permettra de rattraper les faiblesses de l’histoire…

Publié en Mars 2017 chez Mazarine (Fayard), traduit par Jean Esch, 432 pages.

14 thoughts on “La fille d’avant – JP Delaney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *