Frankie Addams – Carson McCullers

« Frankie Addams » de Carson McCullers est un roman culte aux Etats-Unis. C’est notamment un livre que le libraire conseille à Wendy dans « Les Règles d’Usage » de Joyce Maynard, un roman qui m’avait beaucoup plu. Mais j’ai dû attendre 2017 pour le lire, année qui, coïncidence, est le centenaire de la naissance de Carson McCullers.

« Frankie Addams » se passe durant l’été 1944 en Géorgie, dans le Sud des Etats-Unis. L’héroïne éponyme, qui a douze ans, s’ennuie beaucoup. Elle a beaucoup grandi et est devenue une grande bringue, elle n’a plus de copine : sa meilleure amie a déménagé et elle n’est pas assez cool pour faire partie d’une bande de filles. Pas d’appartenance à un cercle amical, peu d’appartenance à sa famille (son frère est beaucoup plus âgé qu’elle, et sa mère est décédée quand elle est venue au monde)…elle passe l’été avec son petit cousin de 6 ans, John Henry, et la bonne de la famille, Berenice, en rêvant d’évasion. Son grand frère va bientôt se marier, et Frankie espère que lui et sa femme l’emmèneront loin de la petite ville…

carsonDans un livre, comme à peu près partout, il y a la théorie, et il y a la pratique. En théorie, Carson McCullers a tout compris à l’adolescence. Il y a tout dans ce livre : le corps qui change, l’envie d’ailleurs, le désir d’appartenance, la soif de partir de n’importe quelle façon et à n’importe quel prix, le désir d’honnêteté et de pureté dans les échanges, l’envie de changer d’identité…Frankie a l’impression, à douze ans, de passer complètement à côté de sa vie : elle traîne dans sa petite ville, sans projet, en ayant le sentiment que tout se déroule sans elle, que les autres vivent de grandes choses dont elle est exclue. Elle va donc faire des choses complètement folles, juste pour avoir le sentiment qu’il lui arrive quelque chose, qu’elle est l’héroïne de sa propre vie.

La théorie de « Frankie Addams » est donc totalement pertinente, et nul doute que toute adolescente ou ancienne adolescente peut se retrouver, au moins en partie dans le personnage. Mais il y a aussi la pratique : si j’ai trouvé que beaucoup de choses étaient très bien vues dans ce roman, je ne me suis malheureusement pas attachée à Frankie, et j’ai lu ce livre avec de la distance, en trouvant le temps long. Je n’ai pas accroché au récit, je me suis ennuyée, et si j’ai fini le roman, c’est en « bonne professionnelle » pour Bibliomaniacs, sinon je pense que j’aurais abandonné le livre…

J’en suis la première désolée, car j’avais entendu beaucoup de bien de « Frankie Addams » et je m’attendais donc à ce que ce soit un coup de cœur, et non pas un livre que j’aurais envie d’abandonner… Suis-je trop âgée pour l’apprécier? L’aurais-je plus apprécié si je l’avais lu quand j’étais moi-même adolescente? Je ne vais pas vous recommander ce livre de Carson McCullers mais je sais que c’est un roman qui plait beaucoup et qui est important pour beaucoup de monde, donc faites-vous votre propre opinion!

Publié chez Stock, traduit par Jacques Tournier, 288 pages.

12 thoughts on “Frankie Addams – Carson McCullers

  1. J’ai lu ton avis en diagonale car je compte le lire, je crois que Marie-Claude avait beaucoup aimé – est-on parfois trop vieux pour lire un roman ? je me pose aussi la question (l’Attrape-coeurs, je l’ai adoré mais je sais que ceux qui l’ont découvert à l’âge adulte ont eu plus de mal)…

  2. Ouin… On est loin du coup de coeur!
    J’ai lu l’oeuvre complète de McCullers à l’adolescence. Ses 100 ans et ces nouvelles éditions seront l’occasion de relire quelques romans. J’ai hâte de voir si l’effet sera le même, ce dont je doute.

  3. Tu n’as pas dû aimer L’effrontée de Claude Miller non plus alors (car il avait allègrement pompé l’histoire) ? Le problème, ce doit être la traduction de Tournier. Je ne vois que ça. 😉

    1. si, j’ai bien aimé ce film, mais je l’ai vu quand j’étais gamine… c’est marrant, je n’ai pas du tout pensé à L’Effrontée en lisant Frankie Addams…tu vois beaucoup de points communs, à part l’ennui adolescent?

      1. J’ai vu L’effrontée à sa sortie en salle et j’ai tout de suite reconnu l’histoire de Frankie Addams. La seule différence, c’est que Lulu ne meurt pas (et qu’elle veut partir avec la pianiste, et non avec son frère et sa femme). Quand le film est passé à la télé, j’avais vu un article dans l’Express (tu vois, c’est précis) où l’auteur racontait que Claude Miller maintenait qu’il ne s’était pas inspiré pas de Carson McCullers et du personnage de Mick dans Le cœur est un chasseur solitaire. Facile de nier dans ce cas. La page de Claude Miller sur Wikipedia parle de cette « polémique ».

        1. en effet wikipedia indique que c’est « une adaptation libre » de Frankie Addams… je n’avais pas du tout fait le rapprochement, l’histoire de la pianiste m’a distraite . Il faut dire que j’ai vu L’Effrontée il y a des années, si je le revoyais maintenant ça me frapperait sans doute beaucoup plus…
          en tout cas, merci de l’info !

  4. J’avais beaucoup aimé, mais je comprends ton bémol, notamment sur la longueur, le côté très analytique peut en effet finir par lasser. Je ne sais pas s’il s’agissait pour toi d’une découverte de cette auteure, mais si c’est le cas, ce serait dommage que tu t’arrêtes à cette déception : Le coeur est un chasseur solitaire, malgré son horrible titre, est un roman à lire, très différent de celui-ci, avec une multitude de personnages tous plus attachants les uns que les autres, d’une grande finesse aussi, mais plus rythmé que Frankie Addams.

    1. oui c’est mon premier livre de Carson McCullers! ah tu me rassures pour Le Coeur est un chasseur solitaire, et tu me donnes vraiment envie de le lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *