La Note Américaine – David Grann

Après « Celui qui va vers elle ne revient pas » de Shulem Deen, voici un nouveau coup de cœur (oui, je l’annonce dès la première ligne!) publié aux éditions Globe : « La Note Américaine « de David Grann.

Cet ouvrage de non-fiction nous entraîne dans les années 20 dans l’Oklahoma. Les Indiens Osage ont été parqués dans une réserve qui s’est révélée être située sur un puits de pétrole. Cette communauté, contrairement à la grande majorité des amérindiens, est donc extrêmement riche avec maisons luxueuses, voitures, grandes écoles et même domestiques blancs…

Une série de décès étranges frappe l’entourage de Mollie Burkhart, une femme osage mariée à un blanc. En peu de temps, elle va perdre sa mère et deux de ses sœurs… si les autres morts sont suspectes – les victimes ont-elles été empoisonnées? – celle de sa sœur Anna est clairement un assassinat. Et bientôt, c’est une véritable hécatombe : d’autres Osage décèdent, dont la troisième sœur de Mollie et son beau-frère, mais aussi plusieurs personnes cherchant à faire la lumière sur ces meurtres en série… en tout plus d’une vingtaine de personnes sont tuées. L’enquête locale ayant été bâclée, mais l’affaire ayant eu un certain retentissement, l’ancêtre du FBI, le nouvellement créé Bureau of Investigation, avec J. Edgar Hoover à sa tête, dépêche une équipe sur place, menée par Tom White, un homme intègre et soucieux d’appliquer les méthodes modernes préconisées par le Bureau…

Mollie Burkhart et ses trois soeurs

J’ai adoré ce livre, que j’ai trouvé extrêmement riche et passionnant. C’est un « true crime », écrit de façon journalistique, mais qui se lit comme un thriller : qui s’acharne sur la communauté osage? et pour quelles raisons? Les personnages évoqués dans cet ouvrage sont bien développés, avec par exemple leur histoire familiale, comme pour Tom White, l’ouvrage est illustré de photos qui permettent de mettre un visage sur la multitude de noms que l’on trouve dans ce récit…

 « La Note Américaine » permet d’en savoir plus sur la communauté osage, et sur la condition amérindienne de l’époque. Car certes, les habitants de la réserve étaient très riches…mais sur le papier. En effet, la plupart d’entre eux étaient en fait mis sous tutelle, leurs biens – et leur fortune – gérés par des administrateurs blancs.

L’ouvrage évoque également la création du futur FBI, avec une organisation et des méthodes d’enquête qui à l’époque étaient clairement révolutionnaires…et après l’enquête en elle-même, le livre enchaîne avec l’histoire du procès des commanditaires. Des éléments qui font que même si l’on n’est pas forcément amateur d’essais, on peut se rattacher à des « ingrédients » du thriller classique : intrigue, enquête, procès. 

La dernière partie de « La Note Américaine » voit l’auteur sortir de son rôle d’écrivain pour aller sur « le lieu du crime », près de cent ans après. Bien sûr, les protagonistes de l’histoire sont décédés, mais David Grann va rencontrer certains descendants et d’autres membres de la communauté, toujours marqués par cette tragédie…et en enquêtant, il va découvrir une réalité encore plus horrible que ce qu’il imaginait…

J’ai vraiment été happée par cet ouvrage qui allie le côté haletant d’un thriller avec la force d’un ouvrage historique! A découvrir!

Et « La Note Américaine » de David Grann est à l’affiche du Bibliomaniacs de Juin!

Publié en Mars 2018 aux éditions Globe, traduit par Cyril Gay, 352 pages.

12 commentaires sur “La Note Américaine – David Grann

Répondre à Ingannmic Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *