Par un matin d’automne – Robert Goddard

3 coeurs

Robert Goddard est un auteur qui ne m’est pas inconnu puisque j’ai déjà lu « Heather Mallender a disparu », que j’avais beaucoup aimé, et « Le Retour », qui m’avait déçue. Voici donc un troisième roman, avec « Par un matin d’automne ».

Dans les années 90, Leonora Galloway entreprend un voyage dans la Somme avec sa fille. Elle lui montre le mémorial où figure le nom du père de Leonora, décédé sur le champ de bataille pendant la 1ere Guerre Mondiale. Cependant la date de décès mentionnée indique que le père est mort plus d’un an avant la naissance de Leonora…Celle-ci va alors raconter à sa fille l’histoire de la famille, où se mêlent secrets, haines et un meurtre jamais résolu.

Résultat de recherche d'images pour "robert goddard"
Robert Goddard
« Par un matin d’automne » est à mon avis le genre de livre soit que l’on adore, soit que l’on déteste! Pour ma part, j’ai été complètement embarquée dans cette histoire très romanesque, aux multiples rebondissements, et je l’ai dévorée, mais je peux comprendre que certains trouvent ce récit un brin too much! En effet, tous les ingrédients réunis flirtent avec le cliché : on a un manoir anglais, une femme avide et manipulatrice qui deviendra une horrible marâtre pour Leonora, une orpheline brimée qui grandit avec la honte d’être une bâtarde, un beau-(grand) père libidineux, une histoire d’amour contrariée, de mystérieuses peintures, la première guerre mondiale qui détruit les familles… Mais pour moi, cela a fonctionné.
Le récit, malgré ses nombreux rebondissements, est déroulé de façon linéaire. En effet Leonora raconte à sa fille sa triste jeunesse, puis sa rencontre avec une personne qui fréquenta sa famille pendant la première guerre mondiale et qui l’éclaire sur certains événements du passé. Cet homme devient alors le narrateur tant que dure son histoire, puis la parole retourne à Leonora. Quelque soit le narrateur, le récit n’est jamais rapide, le roman prend son temps, les situations s’installent lentement, avec beaucoup de détails. Cela n’empêche pas qu’il y ait du suspense, et beaucoup d’interrogations…qui est le père de Leonora? qui a commis le crime du manoir?
Pour ceux qui aiment les secrets de famille, le suspense et le romanesque, ce pavé est pour vous et vous allez le dévorer sur la plage avec autant de plaisir que moi. Les autres risquent de grincer des dents en jugeant ce roman cliché et tarabiscoté.
 Publié le 6 mai 2010 aux Editions Sonatine, traduit par Marie-José Astre-Demoulin, 453 pages. Aussi au Livre de Poche

14 commentaires sur “Par un matin d’automne – Robert Goddard

  1. Il est dans ma PAL, je sais que je devrais aimer, j'assume 😉 C'est un auteur dont j'ai au moins deux bouquins, il serait temps que je l'exhume de cette grosse PAL…

  2. @Fleur : 🙂
    @Jerôme : oui je pense que tu détesterais 😉
    @Tiphanie : oui c'est important les belles couvertures !
    @Tachas : ça fait très mysterieux 😉
    @tant qu'il y aura des livres : ah super, je guette donc un billet Goddard sur ton blog

  3. @Choupynette : j'ai effectivement un peu peur que ce genre d'intrigue s'oublie vite…
    @Monpetitchapitre: bon ben je connais un livre qui va partir en vacances 😉
    @Nahe : j'espère qu'il te plaira
    @Anne : ma PAL a aussi du mal à mincir 😉
    @Enna : je vais aller lire ton billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *